Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Harley and the Davidsons. Mini-series. BILAN.

14 Septembre 2016 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Harley and the Davidsons

Critiques Séries : Harley and the Davidsons. Mini-series. BILAN.

Harley and the Davidsons // Mini-series. 3 épisodes.
BILAN


Je ne suis pas un fan de motos. Pour moi, les Harleys ça ressemble surtout à des motos qui font du bruit avec des gens qui tentent de faire les beaux avec. C’est tout de même sacrément ridicule tout ça. Mais le respecte la culture des motards, comme cela avait pu être le cas dans Sons of Anarchy alors que la moto faisait partie de la culture du groupe de personnages. Harley and the Davidsons tente de nous raconter l’histoire de la création de cette marque mythique. Dans cette série, le héros ce n’est pas la société Harley-Davidson et encore moins l’un des fondateurs. C’est la moto elle-même. Il y a des personnages, des lieux, des histoires, mais l’ensemble n’est pas toujours à la hauteur des attentes. Le moment le plus important arrive quand Bill Harley, Walter Davidson et Arthur Davidson trouvent leur première moto. Harley and the Davidsons n’est pas une très bonne fiction et pourtant elle tente quelque chose et réussi d’un tout autre point de vue que le point de vue narratif. C’est donc une mini-série qui tente d’être une lettre d’amour à la moto américaine. Il faut donc être un poil passionné de moto pour apprécier complètement Harley and the Davidsons. Surtout que la série est un peu trop filiforme à mon goût. On ne peut rien attendre d’autre de la part de cette série qu’une sorte de romance.

Et cette romance ne fonctionne malheureusement pas totalement non plus. On a envie de tomber amoureux comme les Davidson et Harley de cette première moto qu’ils ont trouvé mais rien ne se passe réellement dans ce sens là. On découvre donc la série et l’histoire sauf que les scénaristes n’ont pas su construire quelque chose de véritablement accrocheur. On passe de séquences en séquences, de scènes en scènes, de « moments » de vie de ces personnages en « moments » de vie sauf que le tout ne nous permet pas de nous rendre compte du fun que c’est que d’avoir une moto et de la conduire. Même si les scènes de courses sont dépeintes avec beaucoup d’affection pour la moto elle-même, notamment car visuellement les bécanes sont très belles et semblent sortir tout droit d’une carte postale de l’époque. De plus, Harley and the Davidsons tente de nous plonger dans des coins des Etats-Unis que l’on ne voit pas souvent. Le Wisconsin et ses fermes sont reproduit avec une certaine intensité. C’est dans ce genre de moment que Harley and the Davidsons devient vivante alors que tout le reste est un raté total. L’histoire n’a pas nécessairement de sens et les personnages sont rarement intéressants.

On ne peut enlever à ces motards le fun qu’ils semblent prendre avec leurs motos mais Harley and the Davidsons est une production historique qui ne nous donne pas l’impression d’être authentique ou de respecter l’époque dépeinte. Que cela soit du point de vue des personnages, de l’objectivité de chacun ou encore de l’ère et la façon dont elle est mise en scène. Discovery Channel nous offre une mini-série qui ne fonctionne donc pas comme prévu. J’aurais bien aimé apprendre tout un tas de choses sur ces personnages et l’emblème qu’ils sont en train de soutenir. Le casting est pourtant capable de délivrer quelque chose mais malgré tout cela, rien ne fonctionne vraiment bien. C’est là que je ne comprends pas comment Harley and the Davidsons a pu être aussi ratée. Il y avait une envie et à certains moments elle réussi quelques fulgurances, notamment dans sa façon de parler de l’amour de la moto. Cela reste attachant même si dans le fond je ne suis pas touché par l’histoire d’une moto que je ne connais pas plus que ça. La passion de ces personnages pour leur moto fait l’intérêt de cette mini-série. Si l’on a envie d’apprendre réellement quelque chose sur l’histoire des Davidson et de Harley alors je pense que l’on va devoir regarder de vrais documentaires…

Note : 2/10. En bref, j’ai beau ne pas être touché par la moto, la mini-série est un ratage total.

Commenter cet article

angus 17/10/2016 16:57

encore un critique qui ne connait pas son sujet et qui fait le beau