Critique Ciné : Tout s'est bien passé (2021)

Critique Ciné : Tout s'est bien passé (2021)

Tout s’est bien passé // De François Ozon. Avec Sophie Marceau, André Dussollier et Géraldine Pailhas.

 

Tout s’est bien passé est probablement le film le plus personnel de François Ozon. Adapté du roman de son amie Emmanuèle Bernheim, le film découpe le récit d’un homme qui fait un AVC et qui après coup souhaite en finir. Sophie Marceau incarne le regard de l’écrivaine dans ce film et s’avère être juste, jamais dans le trop plein de sentiments ou dans l’exagération. Le film se veut bouleversant et parvient grâce au talent d’André Dussollier à l’être. André Bernheim est un homme un peu cynique mais tellement attachant que le récit est fluide. On se laisse prendre au jeu jusqu’au moment où André veut en finir avec sa vie, maintenant diminué à cause de son AVC. Se lance alors ici un combat, celui pour le droit à l’euthanasie (qui est encore illégale en France) et bien que le récit laisse une grande partie du pathos derrière lui, il parvient à délivrer ce que l’on attend de lui. Sophie Marceau est rare au cinéma ces dernières années mais c’est toujours un plaisir de la voir devant une caméra. L’actrice est ici touchante, jamais dans la démonstration mais plutôt va accompagner le film. Géraldine Pailhas est elle aussi pudique et Tout s’est bien passé s’en sort alors merveilleusement bien.

 

Emmanuèle, romancière épanouie dans sa vie privée et professionnelle, se précipite à l’hôpital, son père André vient de faire un AVC. Fantasque, aimant passionnément la vie mais diminué, il demande à sa fille de l’aider à en finir. Avec l’aide de sa sœur Pascale, elle va devoir choisir : accepter la volonté de son père ou le convaincre de changer d’avis.

 

Tout n’est pas parfait dans Tout s’est bien passé. On perd le grain de folie de François Ozon, caché derrière tout ce que le film tente de raconter. L’histoire prend alors le pas sur ce qui forge le caractère de ce cinéaste et je trouve ça presque dommage. Parler avec autant de simplicité de ce sujet a beau nous offrir de jolis moments, ce n’est pas parfait non plus. Le film finit par être un peu trop sage à mon goût là où il aurait mérité d’être un peu plus piquant, notamment envers les autorités. Tout s’est bien passé se contente donc de sa propre bulle, sans brûlot sur l’euthanasie qui est clairement une question difficile mais qui méritait d’être mise en scène et posée. Le mélange de comédie et de drame n’est pas toujours juste. Reste alors le casting qui parvient à délivrer pas mal de choses intéressantes. Notamment André Dussollier qui est monstrueux sous les trais d’André. Tout s’est bien passé est donc une expérience qui saura toucher son spectateur et qui délivre suffisamment de bons moments pour rester à l’esprit. C’est avant tout ce que j’ai envie de retenir. J’ai largement préféré le film d’Emmanuelle Berçot dans un registre différent sur la fin de vie à cause d’un cancer.

 

Note : 7/10. En bref, un joli film simple qui vaut surtout pour son casting au diapason.

Sorti le 22 septembre 2021 au cinéma - Disponible en VOD

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article