Critiques Séries : The Equalizer (2021). Saison 2. Episodes 8 et 9.

Critiques Séries : The Equalizer (2021). Saison 2. Episodes 8 et 9.

The Equalizer (2021) // Saison 2. Episodes 8 et 9. Separated / Bout That Life.

 

A la fin de l’épisode 2.07, Harry était arrêté. « Separated » se concentre en partie sur lui et le besoin de tout faire pour le sortir de prison. Bishop est donc à l’affut. C’est bien la seule chose réellement intéressante dans cet épisode. Une série comme The Equalizer fonctionne bien mieux lorsqu’elle se concentre sur ses personnages. Le reste de cet épisode se concentre sur Alma et son fils Pedro qui ont risqué leur vie pour passer la frontière mexicaine pour se rendre sur le sol américain. Sauf que la patrouille de la frontière séparé le garçon de sa mère et cette dernière s’est retrouvée déportée au Mexique. Je dois avouer que je ne sais pas trop pourquoi cette intrigue ne fonctionne pas aussi bien que d’autres mais disons que la série a du mal à se renouveler et délivre ici une intrigue qui ressemble à tout ce que l’on a déjà pu voir dans d’autres séries policières. Cette nouvelle générique de The Equalizer a beau avoir un personnage attachant grâce à Queen Latifah, cela ne veut pas dire que les intrigues vont dans le sens qu’elles devraient aller. Ce qui manquait c’était un petit plus qui aurait permis de créer quelque chose d’original.

 

Le fait que Harry soit en prison permet aussi de bousculer un peu la dynamique. Sans Harry, Robyn n’est pas facilité dans ses actions. « Bout That Life » ne change pas forcément grand chose mais s’avère être un meilleur épisode malgré tout. McCall se retrouve au milieu d’une rivalité entre des gangs de rap et engagée par la femme de Dilemma, un rappeur connu. Le but est de prouver que le musicien n’a pas tué un autre artiste. Robyn continue d’être dans le feu de l’action ce qui donne forcément un certain sens du rythme à l’épisode. Même si The Equalizer n’est pas parfaite elle a le mérite de prouver qu’elle maîtrise certaines scènes d’action. Queen Latifah que je n’aurais jamais imaginé dans des scènes d’action prouve aussi qu’elle est bien plus à l’aise aujourd’hui qu’elle ne l’était auparavant.

 

Cette histoire de guerre des gangs me rappelle un peu Power sans que cela soit aussi efficace que la série de Starz. Disons que The Equalizer prend une fois de plus des chemins un peu trop simplistes à mon goût. Je n’ai rien contre mais je dois avouer que j’aurais apprécié que la série évite les twists simples et créent des surprises. The Equalizer est donc ce genre de divertissement qui se consomme sans réellement réfléchir. On peut mettre son cerveau en pause sans trop de difficultés et se laisser plonger dans le récit. Je ne sais pas ce qu’il faut attendre de la suite de la saison d’autant plus que Chris Noth va devoir quitter la série suite aux accusations contre lui d’agression sexuelle. Ce dernier a pourtant une intrigue intéressante avec Robyn cette année, en espérant que The Equalizer trouve un moyen de la poursuivre sans lui.

 

Note : 4.5/10. En bref, The Equalizer tombe dans le piège des facilités narratives qui rendent les épisodes mous du genou. Tout n’est pas raté mais cela manque cruellement d’idées.

Prochainement sur TF1

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article