Critique Ciné : Black Adam (2022)

Critique Ciné : Black Adam (2022)

Black Adam // De Jaume Collet-Serra. Avec Dwayne Johnson, Aldis Hodge et Pierce Brosnan.

 

Jaume Collet-Serra, réalisateur espagnol à qui l’on doit Esther, La Maison de Cire (2005) ou encore plusieurs thrillers avec Liam Neeson (Sans identité, Non-Stop, Night Run) se retrouve à la tête de Black Adam qui aujourd’hui à lui-seul porte tout le DCU… Ce qui aide grandement Black Adam c’est son rythme. Le film a un rythme assez soutenu pour que l’on passe un bon moment même si globalement ce n’est pas fou. Malgré des effets spéciaux corrects (en dehors de quelques scènes ratées) et une action permanente, Black Adam ne prend jamais le temps de souffler et donc de nous intéresser réellement aux personnages. Même la mort d’un personnage n’a pas de grandes conséquences dans cette surenchère de séquences où Dwayne Johnson montre toute l’étendue de ses pouvoirs. Il y avait largement de quoi faire quelque chose en termes d’introspection du héros mais on nous délivre tout l’inverse. Plutôt qu’un film profond, nous avons une comédie bardée de gags pas toujours bons et de moments très familiaux un tantinet rébarbatifs au fil du film. 

 

Dans l’antique Kahndaq, l’esclave Teth Adam avait reçu les super-pouvoirs des dieux. Mais il en a fait usage pour se venger et a fini en prison. Cinq millénaires plus tard, alors qu’il a été libéré, il fait régner sa conception très sombre de la justice dans le monde. Refusant de se rendre, Teth Adam doit affronter une bande de héros d’aujourd’hui qui composent la Justice Society – Hawkman, le Dr Fate, Atom Smasher et Cyclone – qui comptent bien le renvoyer en prison pour l’éternité.

 

Entre cette histoire de couronne de Sabbac, de Champion de Kahndaq, d’éternium et j’en passe, Black Adam avait tout de même de quoi mélanger la mythologie du super-héros à quelque chose de plus archéologique. J’aurais trouvé intéressant que Black Adam puisse mélanger justement ses influences avec quelque chose de légers et fun. Car Black Adam reste un divertissement efficace lorsqu’il est dans le feu de l’action mais la multitude de personnages introduits n’ait pas toujours bien exploité. Les dialogues sont réduits à peau de chagrin ce qui nous empêche notamment de réellement découvrir la Justice Society (et ce malgré la sympathie que les acteurs peuvent nous inspirer). Black Adam ne s’alourdi par pour autant d’intrigues secondaires inutiles, rendant le récit assez droit et efficace de ce point de vue là. Mais Black Adam mélange le style d’humour que Marvel a épongé jusqu’à la dernière goutte quitte à se répéter et des séquences où les personnages n’ont jamais le temps de nous intéresser à leur histoire car il faut tout de suite se remettre dans le bain de l’action. Cette action omniprésente donne l’impression d’être sur une montagne russe sans porte de sortie.

 

Note : 4.5/10. En bref, un film d’action divertissant sur ce point de vue là mais aussi maigre qu’un vers de terre sur le plan narratif. A enchaîner les scènes d’action, Black Adam ne peut jamais réellement nous attacher à ses personnages. 

Sorti le 19 octobre 2022 au cinéma

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article