Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : Fright Night, mon voisin est un vampire...

4 Décembre 2011 , Rédigé par Ca Déborde de Potins, by delromainzika Publié dans #Critique Ciné

19788043.jpg

 

Fright Night // De Craig Gillespie. Avec Anton Yelchin, Colin Farrell et Toni Collette.


Voilà un remake qui m'aura réussi. Dans un premier temps parce que je n'ai pas vu l'original avant de voir celui ci, mais aussi parce que je trouve que le sujet est plutôt bien traité pour un film qui avait tous l'attrait d'un navet de première classe. En principe, les films de vampires c'est soit réussi soit une grosse erreur. Celui ci fait parti des corrects et sympathiques petits films au budget pas forcément immense mais qui tente de surprendre par son côté décontracté. L'histoire ne se prend pas au sérieux et c'est bien ce qui permet à l'ensemble du film de plutôt bien fonctionné. Le cast est à la hauteur des espérances où Colin Farrell en voisin vampire se révèle d'un naturel sans faille. Fright Night le remake n'est pas sans rappeler un petit thriller pour ado qui s'appelle "Paranoïak". On a un peu le même sentiment que pour Shia Labeouf avec Anton Yelchin. Bien que l'acteur ne soit pas sorti de l'Actor Studio, on arrive malgré tout à donner à ce film un esprit jeune et vivant, sans compter d'une Toni Collette excellente dans le rôle d'une mère fucked-up par ce qui arrive et un David Tenant véritable remasterisation d'un personnage plus gay que gay.

Charlie Brewster est au top : élève de terminale parmi les plus populaires, il sort en plus avec la plus jolie fille du lycée. Il est tellement cool qu’il méprise même son meilleur pote, Ed. Mais les problèmes vont arriver avec son nouveau voisin, Jerry. Sous les dehors d’un homme charmant, il y a chez lui quelque chose qui cloche. À part Charlie, personne ne s’en rend compte, et surtout pas sa mère. Après l’avoir observé, Charlie en vient à l’inévitable conclusion que son voisin est un vampire qui s’attaque à leur quartier… Bien sûr, personne ne croit le jeune homme, qui se retrouve seul pour découvrir d’urgence un moyen de se débarrasser du monstre…

Fright Night a une histoire bateau qui débute de façon excellente. Le côté petite communauté avec petit à petit des disparitions. Sauf que l'on tombe jamais dans le lourd et l'expédition de l'histoire. Tout se passe plutôt bien avec les transformations, les diverses rumeurs sur le voisin qui enflent, le passage de la bière avec Jerry et Charlie justement. Voilà, c'est teinté de pas mal de bons passages bien funs, qui prêtent à rire mais donne quand même des petits moments de frayeur au spectateur qui se sent directement plus décontracté et donc impliqué. La seconde partie du film et donc toute la partie à Las Vegas est un peu moins réussie, car on perd le côté petite bourgade paumée à laquelle il arrive plein de chose. Mais c'est là que l'on rencontre David Tenant qui arrive à tenir de ses petits épaules un personnage ambitieux, pas toujours à la hauteur de ses ambitions. Disons que l'histoire fait presque tout pour rendre niais son personnage, du coup...

La réalisation est moyenne mais Craig Gillespie, qui a fait ses armes sur United States of Tara (on comprend mieux pourquoi Toni Collette fait partie du casting), mais aussi sur des comédies plus ou moins bonnes et le pilote de My Generation, plutôt sympa niveau réalisation mais horreur niveau scénario. Bref, Fright Night surprend aussi par son cast. Il y a pas mal de stars, dont Colin Farrell qui à défaut d'être l'homme le plus connu Outre Atlantique, il l'est bien sur notre continent. L'irlandais s'en sort à merveille, quoi que son personnage tombe un peu dans le cliché ridicule sur les dernières minutes du film où tout de suite on veut en montrer plein la vue et gâche donc un peu le plaisir du spectateur. Sinon on retrouve donc Charlie, incarné par un jeune homme que je ne connaissais pas mais qui s'avère plutôt bon. Et enfin Tenant, débile à souhait mais tellement hilarant que son rôle lui va comme un gant.

Note : 6/10. En bref, un film de vampires qui ne se prend pas au sérieux et qui réussi l'exercice périlleux de ne pas plonger dans le nanar. Bravo.

Commenter cet article