Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : Le Capital, dévissée financière...

17 Mars 2013 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critique Ciné

20229019.jpg

 

Le Capital // De Costa-Gavras. Avec Gad Elmaleh et Gabriel Byrne.


Costa Gavras, qui avait laissé sa chance à José Garcia de prouver avec Le Couperet qu'il pouvait être un très bon acteur dramatique, il a décidé de faire la même chose avec Gad Elmaleh pour Le Capital. Sauf que voilà, ça dévisse assez rapidement. En effet, l'ambition était là mais le tout manque à la fois de fond et de forme. On est dans un film qui tente de nous raconter quelque chose de très actuel (la crise économique, les manipulations de marché, …). Gad Elmaleh avait donc sur les épaules un rôle ambitieux mais malheureusement, il n'en a vraiment pas les épaules. C'est dommage car j'aime bien cet acteur dans le registre comique, aussi bien potache que romantique. Il est agréable et bon ami. Même dans ce film d'ailleurs, sauf qu'il a une tête de gentil, et pas de cet ambitieux homme d'affaires qui tente de se faire une place dans le monde de la finance. Bien que de grosses pointures comme Gabriel Byrne viennent l'épauler, le film fait beaucoup de sur place à vouloir nager parmi les requins. Le Capital n'est pas non plus totalement raté car certains sujets sont assez bien abordés (notamment le rachat de cette société japonaise).

La résistible ascension d'un valet de banque dans le monde féroce du Capital.

Malgré un scénario assez correct dans son ensemble, Costa Gavras ne parvient pas à en faire quelque chose de grandiose. C'est correct mais pas suffisamment éblouissant. Ce petit thriller financier, bien qu'ambitieux, manque donc de fraicheur. Il ne parvient pas du tout à montrer toute l'étendue du Capital. Cependant, on peut apprécier le fait que le réalisateur soit parvenu à créer un univers réaliste. On y croit à ces magnats de la finance, à ces foliés boursières, ou encore à toute cette histoire de licenciements. Mais bien que les choses soient assez bien fichues au début, rapidement le film plonge et ne remonte malheureusement pas à la surface. Ce que j'avais envie c'est qu'il aille bien plus loin, un peu comme l'excellent Margin Call ou encore Too Big To Fail. Il y a de très bons exemples américains sur le monde de la finance. De plus, c'est un sujet qui me passionnant (et pour tout vous dire, je hais mes cours de finance de master, très paradoxal me direz vous). Mais c'est un monde impitoyable normalement.

Du coup, les histoires entre le héros et cette jeune mannequin sont grotesques et l'on sent bien que Gad Elmaleh a beaucoup de mal de ce point de vue là. Il aimerait surement faire une petite vanne efficace au beau milieu de cela pour casser cette ambiance morose. Mais non, il ne peut pas. J''étais donc les fesses entre deux chaises avec Elmaleh que j'aime tellement dans la comédie. J'étais déçu de le voir aussi coincé dans Le Capital. Mais je ne vais pas non plus dire que Le Capital est totalement raté. Il y a de bonnes choses comme la représentation de l'univers (comme je le disais plus haut) et puis Gabriel Byrne qui joue au grand manitou et en impose par son charisme. Ce qui n'est pas le cas pour le héros du film. On est donc à mi chemin entre un film caricature, et une vraie analyse profonde du milieu bancaire. Un film entre deux. Et le téléspectateur est lui aussi… entre deux.

Note : 4.5/10. En bref, un postulat de départ intéressant, et une belle analyse sur certaines parties grâce à la réalisation de Costa Gavras, parvenant à nous plonger dans cet univers avec facilité. Mais le tout dévisse rapidement et plonge sans jamais remonter à la surface. Dommage.

Commenter cet article