Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : Malavita, les affranchis en Normandie

16 Octobre 2013 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critique Ciné

21041261_20130918111051913.jpg

 

Malavita // De Luc Besson. Avec Robert de Niro, Michelle Pfeiffer et Tommy Lee Jones.


Luc Besson, un cinéaste avec ses hauts et ses bas. J'avais hâte de voir Malavita. D'une part pour le casting, ensuite pour l'histoire et d'autre part pour le retour de Luc Besson après nous avoir livré un film particulièrement touchant sur Aung San Suu Kyi. Je ne savais pas ce qu'il fallait attendre de Malavita mais je dois avouer que même si le résultat est assez étrange, j'ai bien aimé. C'était assez divertissant et les clichés sont utilisés à bon escient. Comment ne pas être séduit par Robert de Niro, incarnant une sorte de parodie de son personnage dans Les Affranchis (et Luc Besson ne se gêne pas pour faire une référence au film de Martin Scorcese), il y a aussi Dianna Agron (Glee) surprenante dans le rôle de l'adolescence capable de tout et même de porter à merveille un flingue ou assommer un mec avec une raquette de tennis. C'est une comédie mafieuse qui ne cherche pas le sérieux et encore moins à être surprenante mais il faut la prendre comme elle est, un gros délire qui par moment m'a rappelé le très bon Bons Baisers de Bruges. C'est un peu le même esprit finalement.

Fred Blake alias Giovanni Manzoni, repenti de la mafia new-yorkaise sous protection du FBI, s’installe avec sa famille dans un petit village de Normandie.
Malgré d’incontestables efforts d’intégration, les bonnes vieilles habitudes vont vite reprendre le dessus quand il s’agira de régler les petits soucis du quotidien…

Au début, Malavita est un film assez étrange et puis petit à petit les choses se décante et l'intrigue commence à prendre de l'ampleur. Les personnages deviennent tous alors plus ou moins attachants et cette famille donnerait presque envie de les retrouver dans de toutes nouvelles situations, dans une autre ville (sans pour autant que cela soit une exacte réplique de ce qui a déjà été fait). Ce film nous brossé une histoire assez amusante avec des personnages utilisant les clichés pour des moteurs comiques. On rigole des mafieux, on s'en moque sans problème, on les tourne en dérision (même le grand méchant du film n'a rien de méchant). Et puis il y a tous les runnings gags comme le "Fuck" de Robert de Niro ou encore cette histoire de livre. Le casting est lui aussi succulent. Luc Besson a su rassembler la crème de la crème. Robert de Niro qui s'est perdu dans tout un tas de navets ces dernières années trouve ici un rôle à sa mesure, bouclant la boucle de ses rôles de mafieux à merveille.

Michelle Pfeiffer est elle aussi brillante dans son rôle de mère de famille capable d'exploser des supermarchés. Mais au-delà de cette petite histoire que vous avez déjà pu voir dans la bande annonce, le personnage est drôle, et même touchant par moment. On peut faire également référence au rôle qu'elle avait tenue dans Veuve mais pas trop. Son personnage est presque une sorte de référence à ce film. Malavita est donc plus un grand hommage potache au cinéma mettant en scène des mafieux plutôt que quelque chose de réellement offensif. L'histoire stagne un peu trop (notamment au milieu quand tout se passe trop bien et que l'on attend que tout bascule) mais malgré quelques chutes de rythme par moment, Malavita parvient à rester cette petite comédie noire efficace qui utilise tout un tas de clichés pour en faire quelque chose d'efficace. Ce n'est pas aussi poétique qu'un film de Scorsese mais c'est drôle et je pense que cela suffit amplement.

Note : 6.5/10. En bref, pas la même de demander la lune à Malavita, ce n'est pas un chef d'oeuvre, mais les clichés sont bien employés (la vision française des américains, la mafia, la vision américaine de la France, etc.), le casting parfait et globalement c'était suffisamment divertissant pour passer un agréable moment avec ses clins d'oeil au cinéma.

Commenter cet article