Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : Peace, Love et plus si affinités, pet d'extase...

6 Juin 2012 , Rédigé par Ca Déborde de Potins, by delromainzika Publié dans #Critique Ciné

20118156.jpg

 

Peace, Love et plus si affinités // De David Wain. Avec Paul Rudd, Jennifer Aniston et Justin Theroux.


J'ai failli vomir. Mais qu'est ce que fait Jennifer Aniston ? C'est de pire en pire. Sa carrière se transforme en blague pipi-caca-prout et je commence à en avoir marre. Il faut qu'elle trouver des rôles plus intéressants que ces comédies dégueulasses qu'elle tourne désormais à la pelle (après Le Mytho je pensais qu'elle ne pouvait pas tomber plus bas). Ce que je ne comprends pas non plus c'est Paul Rudd, qui est lui aussi plutôt bon, mais se retrouve dans cet horrible film. Ce n'est pas la première fois que les deux acteurs sont ensemble à l'écran. Qui a déjà vu Friends se souvient de Paul Rudd dans le rôle du mari de Phoebe, mais il a également côtoyé Jennifer dans L'objet de mon affection, une plutôt bonne comédie (le temps des bonnes comédies avec Jennifer Aniston, une once de romance en plus). Je m'attendais largement à mieux d'une production de Judd Apatow mais ce dernier a plus de flaire quand c'est lui qui écrit et réalise… On nous offre un film ennuyeux, très rarement drôle qui fait passé un tour de grand huit après un bon déjeuner comme une lettre à la poste…

George et Linda sont à bout de forces, de nerfs, d’argent… Stressés par le rythme infernal de Manhattan, endettés par un train de vie trop luxueux, la perte simultanée de leurs emplois respectifs les oblige à quitter New York. En dernier recours, le couple demande l’hospitalité au frère crétin de George, Rick et à sa soiffarde d’épouse, Marisa.
En route pour Atlanta, George et Linda découvrent par hasard une communauté hippie d’un autre temps. Dans ce havre idyllique et ultra-permissif, leur vie de couple s’épanouit quelque temps, mais le "choc culturel" se révèle perturbant, et de nouveaux problèmes ne tardent pas surgir…

Il faut dire que l'histoire de Peace, Love et plus si affinités n'est pas spécialement attirante. Si j'ai regardé ce film c'est avant tout pour le très solide casting. Malheureusement, ce n'est pas du tout réussi. Plus le film avance, plus le film empire. L'humour se rapproche donc petit à petit des comédies parodiques et dégoutantes que l'on peut voir chaque année (je peux citer 41 ans et Toujours Puceau dans les dernières, qui est un navet de grande compétition). On parle constamment de sexe, on fait des blagues sur de la pisse, sur du caca, sur des pénis à l'air. Franchement, rien de bien excitant. Le début n'était pas mauvais, mais petit à petit Peace, Love et plus si affinités nous propose tout ce que l'on peut détester dans ce genre de comédies. Côté personnages, George n'est pas servi. Il pâti d'un film bavard qui lui offre des dialogues d'une faiblesse rare et d'une longueur énervante. Le réalisateur du très moyen Les Grands Frères récidive, mais en pire.

Ainsi, Peace, Love et plus si affinités finit en film affligeant qui tente de s'accrocher à ce qu'il reste de son cast à la fin. Paul Rudd passe pour l'homme qui a fuit ses responsabilités de petit ami et tente de corriger le tire en allant la retrouver. Sans compter Jennifer Aniston qui va elle aussi se rendre compte qu'elle n'a pas été à la hauteur. Les fans de naturisme seront content de voir une scène en ralenti où l'on admire gros bidons, seins flétris et micro kiki. Une accumulation de clichés, fonctionnant tel une gradation (dans le genre figure de style…). Franchement pas du tout inspiré, Peace, Love et plus si affinités est l'une des pires choses que j'ai vu cette année et ce depuis l'affligeant Jack & Julie. Mais quiconque adore les blagues bien grasses devraient trouver bon compte avec cette comédie reprenant tous les clichés du Peace & Love à la sauce cul nu.

Note : 0.5/10. En bref, un film affligeant, presque jamais drôle. Je donne un demi point pour la fin du film, qui a réussie à me faire rire....

Commenter cet article