Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : Seal Team Six : The Raid on Osama Bin Laden, raide mort...

17 Décembre 2012 , Rédigé par Ca Déborde de Potins, by delromainzika Publié dans #Critique Ciné

seal-team-six-the-raid-on-osama-bin-laden-dvd-cover-39.jpg

 

Seal Team Six : The Raid on Osama Bin Laden // De John Stockwell. Avec Cam Gigandet, Anson Mount et Robert Knepper.


Avant la sortie du très attendu Zero Dark Thirty (de Kathryn Bigelow), National Geographic s'est mis en tête de faire un téléfilm de la capture d'Osama Bin Laden. Les américains ne pouvait pas passer à côté d'une adaptation de l'une des plus grandes chasse à l'homme de l'histoire du pays. Ils ont alors faire appel au réalisateur du cool Bleu d'Enfer et de très mauvais Blue Crush pour mettre en scène ce film ambitieux. Entouré d'une brochette d'acteurs de séries, il ne s'en sort pas trop mal si ce n'est que le film n'a clairement pas les moyens de son ambition. On voit donc la pauvreté de la réalisation de John Stockwell (utilisant un grain assez laid à l'écran) alors que les décors n'ont rien de grandioses. J'aurais largement préféré que l'on nous surprenne, un peu comme Mark Foster avait pu le faire avec Machine Gun Preacher (qui était parvenue à sauver une partie du navire de cette manière). Seal Team Six : The Raid on Osama Bin Laden souffre aussi d'un scénario qui ne transpire pas suffisamment les rebondissements et les retournements de situation. Certes National Geographic voulait que le film soit le plus proche de la réalité mais son réalisme est bafoué assez rapidement.

La vie des militaires américains de la SEAL à la recherche d'Osama Ben Laden.

Malgré tout, Seal Team Six : The Raid on Osama Bin Laden reste un divertissement du dimanche après midi honorable. Disons que les personnages, sans être exceptionnels arrivent à nous intéresser à leur petite vie. On peut cependant regretter le fait que les personnages ne sont pas suffisamment impliqués dans le processus ou encore que l'on ne ressent pas suffisamment l'esprit d'équipe. Difficile d'être scotché par ce film malgré quelques bonnes idées ici et là. Ressemblant donc à un épisode passable de Homeland, je suis certain qu'ils auraient pu mieux faire les américains. Mais dans la précipitation, celle d'être le premier à proposer un film retraçant cette chasse à l'homme, je suis certain qu'ils sont passé à côté de tellement de choses. Et notamment les meilleures. Il faut dire qu'il fallait oser donner les rênes de ce film à Kendall Lampkin, un véritable inconnu. Durant une heure trente, Seal Team Six : The Raid on Osama Bin Laden tente surtout de nous démontrer la suprématie des Etats-Unis et de son armé, de code que celle ci est sensé suivre pendant que des électrons libres (Stunner par exemple) sont là pour faire le show.

On peut cependant saluer la présence d'un casting connu. En tête de liste : Cam Gigandet (Newport Beach, récemment vu dans Effraction) qui est malheureusement un peu trop transparent. Et puis le très bon Robert Knepper (Prison Break, Le Transporteur 3) qui tente de nous surprendre sans malheureusement y parvenir. Son personnage est beaucoup trop lisse, lui étant habitué aux personnages écorchés vifs. William Fichtner (Prison Break lui aussi) retrouve quant à lui le costume cravate mais pas pour le FBI : pour la CIA cette fois. Quelle promotion. Mais il continue encore d'être dans des fictions de chasse à l'homme (après Michael Scofield maintenant Osama Bin Laden). Vous aurez pu également reconnaitre Freddy Rodriguez (Ugly Betty) dans le rôle de Trench, un personnage un peu misfit mais encore une fois trop lisse ou Anson Mount (Hell on Wheels) qui tente beaucoup trop de se fondre dans la masse et disparait rapidement de l'écran. Kathleen Robertson (Boss) adopte quant à elle le même look que dans la série où elle officiait récemment et Eddie Kaye Thomas (American Pie) ne fait pas oublier ses conneries d'ado.

Note : 2/10. En bref, l'idée était bonne mais beaucoup trop précipité. Nous avons donc un film d'action vide avec des personnages lisses et peu représentés. De plus, la réalisation n'est pas top et le scénario s'essouffle assez rapidement. Une publicité d'une heure trente pour l'armée américaine.

Commenter cet article