Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : Zero Dark Thirty, brillante exposition terroriste...

12 Janvier 2013 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critique Ciné

20365978.jpg

 

Zero Dark Thirty // De Kathryn Bigelow. Avec Jessica Chastain, Joel Edgerton et Chris Pratt.


Après le très bon Démineurs, Kathryn Bigelow, ex femme de James Cameron, est de retour au cinéma avec Zero Dark Thirty où le film racontant la traque d'Oussama Ben Laden, le numéro un d'Al Quaïda. Le film écrit par Mark Boal (à qui l'on doit déjà Dans la vallée d'Elah et Démineurs) et la mise en scène de Kathryn Bigelow n'ont pas peur de nous montrer leur vision de l'horreur, de la torture, et de moments plus psychologiques quant à la santé mentale des agents de terrain. Au fond, on peut se questionner sur la santé de Maya qui pendant tant d'années est passée de la jeune femme du fond, assez innocente, à quelqu'un qui finit par agir. Sorti en plein succès de Homeland aux Etats-Unis et dans le monde, on est en droit de se demander si finalement il n'y a pas un lien de causalité entre les deux fictions. Disons que Homeland a raconté pendant deux saisons la traque d'un grand terroriste, et Zero Dark Thirty en a fait de même. De plus, notre héroïne, par certains aspects, est assez proche de Carrie dans la série de Showtime. Mais fort heureusement, cette comparaison est assez fortuite dans le sens où Zero Dark Thirty est beaucoup trop violent par moment pour lui être comparé.

Le récit de la traque d'Oussama Ben Laden par une unité des forces spéciales américaines...

Car au fond, Zero Dark Thirty raconte l'histoire depuis le scandale des tortures dans les prisons américaines dans les pays du Moyen Orient. La première scène est assez perturbante, mettant en scène un prisonnier torturé par les américains. Incarné par Reda Kated (vu dans Mafiosa ou encore Un Prophète), un français, l'acteur et l'environnement en impose. Nous savons donc tout de suite que nous n'allons pas sortir de se film sans réfléchir sur l'horreur que cela implique. Mais le film de Kathryn Bigelow n'oublie pas de raconter cette histoire avec une certaine finesse, histoire de ne pas tomber dans l'apologie de la torture et de nous prouver qu'au fond, les deux camps ont eu leurs doses de revanche et que l'on n'obtient pas nécessairement les meilleures informations sous la torture. La tête pensante de Zero Dark Thirty est incarnée par Jessica Chastain (The Tree of Life, Take Shelter) qui mériterait une belle récompense pour son rôle de Maya. Eblouissante elle parvient même à troubler le spectateur, se demandant finalement jusqu'où elle peut aller dans sa quête d'Ossama Ben Laden.

Kathryn Bigelow filme tout de manière à nous plonger dans le film assez facilement. C'est tout un art que de montrer le côté réaliste de l'histoire. S'appuyant sur le fait que c'est inspiré de fait réel, de quelques images d'archives maquillées, … forcément le tout est bien plus frappant. Par ailleurs, le casting du film pourrait faire pâlir tellement de réalisateurs américains (comme son ex mari qui s'est offert Sam Worthington pour son Avatar… pas de quoi sauter de joie). Outre l'héroïne nous avons Harold Perrineau (Lost), Jason Clarke (The Chicago Code), Kyle Chandler (Friday Night Lights), James Gandolfini (The Sopranos) ou encore Mark Strong, et le français Simon Abkarian (Les Beaux Mecs) qui incarne dans ce film un prisonnier. Au final, j'ai été assez brassé par Zero Dark Thirty car le film nous balade entre scènes psychologiques et scènes d'action se rapprochant de la réalité. La mise en scène des évènements dans leur superposition (les attentats de Londres, …) est suffisamment bien orchestré pour que l'on y croire.

Note : 10/10. En bref, un film brillant qui dérange les américains. Efficace, sobre et palpitant.

Commenter cet article