Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Brooklyn Nine-Nine. Saison 1. Episode 7. 48 Hours.

6 Novembre 2013 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Brooklyn Nine Nine

vlcsnap-2013-11-06-18h58m31s197.png

 

Brooklyn Nine-Nine // Saison 1. Episode 7. 48 Hours.


Encore une fois, Peralta a fait des siennes. Il va arrêter un homme, sans que l’on n’ait aucune preuve de sa culpabilité. Du coup, l’équipe va devoir trouver un moyen de l’inculper et surtout de découvrir des indices. J’ai trouvé cette histoire amusante surtout qu’elle permet encore une fois de jouer avec la dynamique de groupe que Brooklyn Nine-Nine a tenté d’installer depuis le début. Cela fonctionne une fois de plus à merveille et l’on a envie que d’une chose : en voir encore plus. C’est assez étrange ce sentiment que j’ai parfois devant cette comédie car je ne m’attendais pas du tout à ce qu’elle garde un tel niveau de qualité au fil des épisodes. Cet épisode de Luke Del Tredici (30 Rock) permet de voir également que Brooklyn Nine-Nine tente de s’installer dans une sorte de mécanique. C’est très simpliste finalement mais cela fonctionne très bien. Je ne pouvais donc pas rêver mieux de la part de la série. On a donc une intrigue assez classique, que la série aurait très bien pu proposer auparavant, et qui fonctionne comme ce que l’on a pu déjà voir dans les 6 premiers épisodes.

Vous voyez où je veux en venir ? En effet, Brooklyn Nine-Nine commence à devenir une série prévisible mais cela ne veut pas pour autant dire que cet épisode était mauvais. En effet, il y avait encore de très bonnes répliques, de très bons gags et aussi des personnages toujours au sommet de leur forme. Je ne pouvais donc pas rêver mieux de la part de « 48 Hours » que de me délivrer quelque chose du genre. Ce qui est dommage avec Peralta finalement c’est que le personnage est dans son truc, dans son monde et qu’il ne cherche pas forcément à en sortir. J’aimerais bien parfois qu’il change un peu de rôle, que l’on voit le personnage dans des situations différentes. Cela aurait très bien pu être amusant. Enfin, c’est de cette façon que je le ressens. Le casting de Brooklyn Nine-Nine est pourtant si bon que du coup, je ne peux pas en vouloir à Peralta de faire encore et encore la même chose. Car tout le monde autour de lui, tente de lui donner raison d’être ce qu’il est. Comme notre grand patron finalement. Ce dernier est toujours le même mais ce sont tous les petits sidekicks avec leurs gags qui donnent à Brooklyn Nine-Nine cette sensation de folle série.
vlcsnap-2013-11-06-19h01m15s46.pngCet épisode exploite également à merveille le talent de Terry et de Santiago, deux personnages aux caractères identifiables et particulièrement bien utilisés encore une fois dans cet épisode. Finalement, j’ai donc trouvé cet épisode un peu prévisible dans le sens où la manière dont il s’articule est déjà vu dans la série mais cela fonctionne tout de même suffisamment bien pour que l’on passe un agréablement moment. Brooklyn Nine-Nine a donc peut-être un défaut à corriger ici. Je n’ai pas envie qu’elle devienne une série policière avec un aspect comique, j’ai envie qu’elle reste une comédie comme elle l’est depuis ses débuts. Ce serait tout de même dommage de ne pas chercher à aller plus loin, à voir les personnages dans des situations différentes et notamment Peralta. Ce dernier est tout de même un excellent personnage, mais il faut apprendre à le canaliser afin de ne pas le laisser faire tout et n’importe quoi. Andy Samberg est un bon acteur lui aussi, mais lui aussi il faut le canaliser.

Note : 7/10. En bref, du bon Brooklyn Nine-Nine encore une fois.

Commenter cet article