Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : House of Lies. Saison 1. Episode 8.

5 Mars 2012 , Rédigé par Ca Déborde de Potins, by delromainzika Publié dans #Critiques Séries

vlcsnap-2012-03-05-22h37m00s247.png

 

House of Lies // Saison 1. Episode 8. Veritas.


Encore une fois je ne comprends pas trop où est ce que House of Lies veut en venir et mon premier soucis avec l'épisode (et particulièrement la série finalement) c'est cette musique de gangsta qu'il y avait au début de l'épisode. Je ne comprends pas trop le rapport entre cette musique qui pourrait plutôt faire le bonheur d'une série comme Single Ladies dans tous ses clichés black qui peuvent exister que ici… car House of Lies n'est pas une série afro-américaine à ce que je sache. Dans cette nouvelle aventure, Marty et son équipe se rendent à la petite fête annuelle de Galweather-Stearn. C'est à cette fête que l'on rencontre les meilleurs de Harvard et sont traités comme des chefs et le tout… évidemment avec du bon vin. Mais je sais pas, l'épisode parle beaucoup trop pour ne pas dire grand chose. On enchaîne des situations pas forcément mauvaises mais qui n'ont pas la cohérence que j'aurais voulu. En effet, l'enchaînement est rustre. On ne sent pas vraiment les scénaristes à fond ou alors ils font le rallye, sont shootés à la coke et écrivent des scénettes afin d'amuser la galerie sauf que moi cela ne m'amuse pas tellement. Autre soucis, le développement des personnages qui reste très sommaire. Même la scène finale de l'épisode était pas bonne.

Elle lance quelque chose mais ne semble même pas prête à le lancer. Ce cliffangher peut être intéressant par la suite mais sur le moment n'offre aucune envie de revenir au téléspectateur. Après tout, qu'est ce qu'on en a à faire de Maty et de Jeannie vous ne pensez pas ? Surtout que Jeannie (j'adore Kristen Bell ne vous méprenez pas) se tape quand même Marco alors qu'elle ne voulait pas coucher avec le client dans l'épisode précédent (épisode précédent qui était un tantinet plus excitant autour de Jeannie d'ailleurs, ici elle était plutôt bouche trou… ou d'une autre manière si vous voulez). Disons que je ne comprends plus tellement l'utilité de certaines choses dans House of Lies. Tout n'est pas mauvais mais cette ambiance faussement chic où les gens n'ont qu'un air de contrefaçon Armani… moi je ne comprend pas. Showtime n'a peut être pas les moyens qu'elle devrait avoir pour une comédie aussi ambitieuse que celle ci (car pour moi oui, House of Lies est une comédie ambitieuse, sur le papier en fait). Mais une fois à l'écran on à l'impression que tout part en fumée d'un seul coup et c'est bête.
vlcsnap-2012-03-05-22h39m52s171.pngEncore une fois, House of Lies joue dans le cliché. Marty va répéter la seule recrue noire de l'équipe qu'il voit bien comme son remplaçant finalement. cela permet alors de sentir un intérêt venir, mais l'épisode ne fait rien pour rendre l'intrigue réellement intéressant. On saute du coq à l'âne car durant tout l'épisode il n'y a pas grande cohérence entre les membres de l'équipe malgré le fait que l'on soit dans une fête pour une bonne raison à la base. House of Lies reste également trop terre à terre et ne va pas assez loin. Elle nous offre donc un épisode assez terre à terre. Malheureusement. Doug pendant ce temps veut prouver à Clyde qu'il faut coacher tout le monde. Cette histoire était sûrement le seul truc intéressant de l'épisode. A mon grand regret car ce n'est pas celle qui prend le plus de temps d'antenne. Je pense même que Doug et Clyde sont des personnages sous estimés dans cette série. Aller, ce n'est pas cette semaine je ne vais me réconcilier avec House of Lies.

Note : 4/10. En bref, toujours autant de potentiel gâché...

Commenter cet article