Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : At the Devil's Door, maison hantée

6 Septembre 2014 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critique Ciné

Critique Ciné : At the Devil's Door, maison hantée

At the Devil’s Door // De Nicholas McCarthy. Avec Catalina Sandino Moreno, Naya Rivera et Colin Egglesfield.


Je suis toujours partant pour un petit film d’épouvante qui se déroule dans une vieille maison où le plancher craque et où les portes grinces. C’est même souvent dans ce genre de vieilles bicoques que l’on peut faire de très bons films d’horreur. C’est sur des conseils avisés que je me suis donc lancé dans At the Devil’s Door, tout fraichement débarqué aux Etats-Unis. Mis en scène par Nicholas McCarthy à qui l’on doit le très sympathique The Pact (2012) revient donc nous hanter cette fois-ci avec le diable et une histoire abracadabrantesque. Car le scénario de ce film est tout de même construit de façon très étrange. Mais curieusement, c’est aussi ce qui permet de maintenir le spectateur dans un état d’éveil constant. Dès que le film commence à plonger il nous ouvre de nouvelles portes et nous permet donc de voir de toutes nouvelles choses. C’est aussi ce qui rend ce film finalement bien moins prévisible que bon nombre de Direct to DVD d’épouvante que l’on peut voir fleurir par dizaines chaque année. Ce tout nouveau film de Nicholas McCarthy est séduisant du début à la fin, cherchant à utiliser les faiblesses du genre pour se forger une vraie carapace.

Une jeune femme enquête sur de mystérieux événements survenant dans une maison où une ancienne locataire aurait invoqué le diable...

Car finalement, Nicholas McCarthy maîtrise la mécanique classique de l’horreur et tente ici de la déconstruire à sa propre façon. Les choses deviennent donc beaucoup plus terrifiante dans une atmosphère où le spectateur est clairement maintenu en haleine. Je n’ai pas ressenti une seule seconde l’ennui et pourtant quand j’ai vu la bande annonce je dois avouer que j’avais un peu peur. Mais la bande annonce le rend pas du tout service à At the Devil’s Door. Bien au contraire, il le présente comme un film trop simple, trop déjà vu alors qu’au fond il y a une vraie recherche d’originalité qui fonctionne. En assemblant tout un tas de choses, At the Devil’s Door donne l’impression que le film évolue dans une direction totalement différente de celle que l’on aurait pu attendre au premier abord. On sent que le metteur en scène parvient à venir titiller ce qui peut nous surprendre et nous effrayer. Je n’ai pas été totalement effrayé mais globalement le film fonctionne ce qui change de ce que l’on a l’habitude de voir dans le registre qui commence à se faire un peu vieux maintenant. De plus, l’épouvante est loin d’être représentée par tout un tas d’artifices. Le film exploite là aussi des éléments très rustiques du monde de l’horreur.

Nicholas McCarthy veut donc nous prouver qu’au fond c’est possible de faire des films d’horreur avec un visage classique mais quelque chose d’original et construit différemment derrière. Surtout que la tension qui s’installe tout au long du film est vraiment efficace, laissant par moment le spectateur dans un état de claustrophobie intense. Je pense donc que ce metteur en scène est à suivre et qu’il mériterait amplement d’accéder au monde du cinéma. Au casting on retrouve par ailleurs Naya Rivera (Glee) dans un rôle qui semble lui aller comme un gant, Colin Egglesfield (Rizzoli & Isles) qui se complait dans une prestation tout à fait correcte ou encore Ashley Rickards (Awkward) qui semble être la petite fille qui monte depuis quelques temps alors qu’elle semble enchaîner les projets de film (même si ceux-ci ne sont pas encore de grande envergure, elle a clairement du potentiel même dans le registre de l’horreur). Finalement, je ne peux donc que vous conseiller de jeter un oeil à At the Devil’s Door. Un film surprenant, fonctionnant sur une brochette de bonnes trouvailles.

Note : 7/10. En bref, avec une construction originale sur des bases classiques, At the Devil’s Door parvient à surprendre.

Date de sortie : Directement en DVD

Commenter cet article