Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : Delivery Man, éjaculation précoce

13 Septembre 2014 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critique Ciné

Critique Ciné : Delivery Man, éjaculation précoce

Delivery Man // De Ken Scott. Avec Vince Vaughn, Chris Pratt et Cobie Smulders.


Après avoir vu Starbuck, puis Fonzy au cinéma l’an dernier, je viens de voir une troisième fois la même histoire mais sur un sol et avec un casting différent. Pourquoi pas. Les américains aiment faire des remakes de comédies étrangères et après tout ils ont bien osé faire un remake du Dîner de Cons. Un remake catastrophique. Ils ont même failli faire un remake de Bienvenue chez les Ch’tis (mais ils ne l’ont finalement pas fait, heureusement). Pour en revenir au cas de Delivery Man, prenez un casting connu des américains avec deux stars Marvel (Cobie Smulders des Avengers et Chris Pratt des Gardiens de la Galaxie) et vont aurez donc cette comédie. Bien que j’ai vu les deux autres films, je dois avouer que je sais encore garder un regard critique et donc faire abstraction. Sauf que voilà, ce film n’est pas du tout à la hauteur des attentes. J’avais beaucoup aimé Starbuck (que je garde d’ailleurs dans ma DVDthèque) puis j’ai malheureusement trouvé très mauvais son remake français avec le couple José Garcia et sa femme derrière la caméra. Pour ce qui est du remake américain, il n’est pas bon mais malgré tout, dans sa nullité, il est meilleur que celui que les français ont pu faire. Comme quoi.

Un ancien donneur de sperme découvre, des années plus tard, qu'il est le père de centaines d'enfants, dont une partie veut le rencontrer.

Pourtant, ce remake a été accouché de Ken Scott, le réalisateur du film original. Comme quoi, cela ne veut pas dire que c’est un gage de réussite. Mais c’était une tentative honorable qui est mise en scène de façon plutôt sympathique. Par ailleurs, Ken Scott s’est par ailleurs inspiré de l’historie qu’il avait déjà écrite pour Starbuck afin de lui donner ici un léger souffle nouveau. Quelques passages sont légèrement modifiés (très légèrement) afin de pouvoir coller au paysage de la comédie américaine pure souche. Et cela ne rate pas. Il y a donc de la comédie dramatique à tire larigot avec des passages tire larmes qui ne fonctionnent pas du tout. Si j’ai été ému dans Starbuck, cela ne s’est malheureusement ni produit pour le remake français, ni pour celui-ci. Pourtant, les scènes sont bien plus jolies malgré l’ambiance morne et terne. Car mine de rien, cette histoire n’est pas non plus ce qui se fait de plus heureux dans le monde des comédies. Je savais plus ou moins ce que je venais voir en lançant Delivery Man mais je m’attendais tout à de même à ce que cela soit un film un peu plus travaillé et surtout moins régurgité.

Car oui, de nombreux passages auraient pu être modifié (sans ternir le film original) afin de donner un nouveau sens à cette histoire qui finalement ne cesse de se répéter. Vince Vaughn (La Rupture) n’est pas forcément un mauvais acteur mais ce n’est pas quelqu’un que j’apprécie de prime à bord. Il avait réussi l’an dernier à m’être plutôt sympathique dans Les Stagiaires, le film publicitaire pour Google. Mais voilà, cet acteur semble cantonné à ces comédies bateau, écrites sans trop d’égards et qui cherchent simplement à récolter des millions de dollars au box-office. Les américains ne sont pas dupent, ils ont tout de suite flairé le fait que Delivery Man était un mauvais film et ne sont donc pas allé le voir (en a découlé un flop, comme pour Fonzy en France, grosse déculottée pour José Garcia). Il était très difficile de voir ce que voulait réellement ce film mais c’est aussi un manque du point de vue de l’histoire. On n’arrive pas à croire à ce que l’on nous raconte contrairement au film horrible. Celui-ci veut trop en faire et perd donc le côté un peu histoire folle du film canadien. La branlette dure donc près d’une heure et quarante minutes. J’espère que Vince Vaughn était bien payé pour être aussi peu expressif.

Note : 4/10. En bref, remake raté, comme un air de déjà vu.

Date de sortie : Directement en DVD

Commenter cet article