Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Cleaners. Saison 2. BILAN.

18 Septembre 2014 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Cleaners

Critiques Séries : Cleaners. Saison 2. BILAN.

Cleaners // Saison 2. 12 épisodes.
BILAN


La première saison de Cleaners était amusante. La seconde l’est beaucoup moins. Disons que l’on a l’impression que la série est en train de prendre tous les gros défauts des mauvais films de Robert Rodriguez. La série n’a pas pour autant oublier Veronica et Roxie, un duo qui fonctionne toujours aussi bien mais qui va malheureusement se retrouver séparer à certains moments, laissant le téléspectateur avec un arrière goût d’envie d’en voir un peu plus. Mais voilà, la seconde saison de Cleaners n’était apparemment pas préparée. Après une première saison amusante, le truc c’est que la série ne sait pas se renouveler. Après avoir raconté une histoire de deux tueuses professionnelles qui font une découverte, ce qui transforme la série en une sorte de Transporteur au féminin, la saison 2 se concentre pourtant un peu plus sur ses deux héroïnes. Elles vont faire des rencontres incongrues ce qui délivre à quelques moments des passages efficaces. Notamment quand il y a des confrontations à main nue. Ce sont mes moments préférés (à la fois à la fin de la saison avec cette histoire de catch mais aussi dans cette cabane au fond des bois). Il y a énormément de choses dépareillées dans cette saison également. Si la première, sans être un modèle de cohérence, avait une vraie ligne directrice, la saison 2 part un peu dans tous les sens.

Et je dois avouer que je m’attendais à légèrement mieux quand j’ai démarré la saison 2. Surtout que j’étais heureux de retrouver Emily Osment (actuellement à l’affiche de Young and Hungry pour ABC Family) et Emmanuelle Chriqui. Et les deux forment toujours un bon duo sauf que la saison ne va pas les exploiter de la bonne façon. En effet, une bonne partie de la saison elles vont plus ou moins se retrouver chacune d’un côté de la série. Ce qui m’a fait rire (et qui m’a déplu) également c’est le fait que cette saison 2 de Cleaners partage énormément de ressemblances avec From Dusk Till Dawn The Series. Une série que j’ai plutôt envie d’oublier mais la comparaison avec le cinéma et les séries de Robert Rodriguez n’est finalement pas vaine. On sent que tout se ressemble avec Cleaners. C’est bête car Paul Leyden aurait très bien pu faire quelque chose de complètement barré avec sa série, proche de Mise à Prix dans le sens où il y a une ambiance similaire. Mais la série ne raconte ici malheureusement rien du tout. Même si le téléspectateur a envie de passer un agréable moment, le tout manque cruellement d’intérêt et c’est certainement ce qu’il y a de plus problématique.

Chacun des personnages est donc dans une dynamique assez pâle dans laquelle il ne semble pas possible d’évoluer. Le personnage que l’on va le plus suivre durant ces 12 épisodes c’est Roxie. Je dois avouer que c’est un personnage que j’aime bien dans cette série, notamment car elle semble un peu plus entreprenante que Veronica. Cette dernière à côté est un peu plus sage. Mais ce que j’aurais tellement aimé c’est que la saison ne soit pas de 12 épisodes car j’ai l’impression que c’est ce qui a complètement brisé le rythme de la première saison qui était elle efficace. Il y a donc des moyens qui sont étalés sur plus d’épisodes qu’au départ. Même si l’on change souvent de décor (une bonne idée en somme), ce n’est pas suffisant pour me donner l’impression que les choses évoluent surtout qu’il n’y a pas vraiment de perspicace ici et là pour faire grandir la série dans une solide direction. Alors que j’aurais tellement aimé que justement elle soit un peu plus folle dans sa manière de faire. On a parfois l’impression que Cleaners ce n’est pas l’histoire de deux tueuses professionnelles mais de deux femmes malchanceuses qui ont rencontré le porte malheur de Kim Bauer.

Note : 3/10. En bref, après une première saison amusante, celle-ci fait office de ratage sur toute la ligne (ou presque).

Commenter cet article