Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : House of Cards. Saison 3. Episode 10.

13 Mars 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #House of Cards

Critiques Séries : House of Cards. Saison 3. Episode 10.

House of Cards // Saison 3. Episode 10. Chapter 36.


Je dois avouer qu’après l’épisode « Chapter 34 », je ne m’attendais pas du tout à retrouver Petrov de si tôt. Mais c’est tout de même une très bonne idée que de faire revenir Petrov sur le devant de la scène avec ces mouvements de guerre. Ce qu’il y a de bien pire là dedans ce sont les sacrifices que les Underwood vont devoir faire afin de signer un accord de paix. Le face à face entre Francis et Petrov dans ce bunker est l’un des meilleurs moments de cet épisode et accessoirement l’un des meilleurs de la saison. Car il y a quelque chose dans le jeu de Kevin Spacey et celui de Lars Mikkelsen qui fait que cela fonctionne. Le face à face montre la face la plus perverse de Petrov et peut-être une face plus humaine de Francis. Ce dernier a beaucoup gagné en humanité depuis quelques épisodes alors forcément, ce qui se passe ici est une façon de lui redonner l’image qu’il a toujours eu, tout en gardant une partie de ce qui a été introduit jusqu’à présent. Le face à face fonctionne également car Agnieszka Holland (Le complot, The Killing) a compris ce qu’il fallait faire dans la mise en scène afin de nous donner l’impression d’être quelque part perdu au milieu. Le sacrifice que Francis doit faire c’est couper la tête de sa femme, lui demander de quitter son poste car elle a humilié Petrov en public.

C’est un peu facile comme résolution vous ne pensez pas ? En tout cas, je trouve que House of Cards parvient à mettre en avant le dilemme qu’il y a chez les Underwood. Francis voulait accepter l’offre de Petrov et il sait très bien comment faire pour que sa femme accepte également. Le face à face dans le salon entre Francis et Claire m’a beaucoup plu. C’est concis mais efficace. La mise en scène est là aussi très importante. D’ailleurs, dans cet épisode les choses se jouent très souvent en faces à faces. Il y a peu de scènes qui se jouent à plusieurs personnages dans la même pièce. Mais justement, c’est quelque chose que j’ai beaucoup aimé, qui tente de faire évoluer la narration dans une direction différente, de créer des conflits différents et de démontrer en parallèle que Francis n’a pas perdu son objectif : être réélu. Il va cependant dire quelque chose de très juste, qu’être Président c’est l’illusion du choix. Il a bien raison car s’il pensait qu’en étant Président il pourrait faire ce qu’il veut comme choix, ce n’est pas vraiment le cas. C’est même un poste qui demande beaucoup plus de dilemmes que l’on ne pourrait le penser. L’essence même de House of Cards transpire dans cet épisode, au travers des faces à faces. Il y a bien évidemment celui avec Petrov, celui avec Claire mais aussi celui avec son écrivain préféré.

Cela faisait un sacré bout de temps que l’on n’avait pas exploité une scène aussi gay entre Francis et un personnage. Mais Thomas Yates est justement le personnage parfait pour ce genre de chose, notamment car j’imagine que Yates a aussi quelque chose en tête. Je me demande s’il ne va pas trahir le Président et écrire quelque chose de terrible sur la vérité que cache les Underwood et comment fonctionne cette famille. La construction de la saison fait que les Underwood doivent se montrer plus vigilants et surtout doivent se montrer plus faibles. L’issue de cet épisode était attendue, logique et permet aussi d’installer une fois de plus le pouvoir de Francis sur Claire et les autres. Car mine de rien, il sait très bien s’y prendre notre très cher Francis Underwood. Il sait ce qu’il faut faire pour nous surprendre. Les trois derniers épisodes de la saison sont déjà plein de belles promesses. J’aime beaucoup ce qui se passe un peu de partout et notamment du point de vue de Francis et Yates. Il y a quelque chose qui ne colle pas chez ce dernier. De plus avec Petrov qui à mon humble avis a joué un peu trop avec Francis et qui risque bien de lui planter un couteau dans le dos très prochainement. Sans parler de Dunbar. Les ennemis se sont donc construits petit à petit cette année dans House of Cards, pour le meilleur.

Note : 9.5/10. En bref, un jeu de face à face troublant mais terriblement jouissif.

Commenter cet article