Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : Les Enquêtes du Département V - Profanation

18 Avril 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critique Ciné

Critique Ciné : Les Enquêtes du Département V - Profanation

Les Enquêtes du Département V : Profanation // De Mikkel Norgaard. Avec Nikolaj Lie Kaas et Fares Fares.


Michel Norgaard, qui a déjà travaillé sur le premier volet, Miséricorde, a également mis en scène le second volet, Profanation. Sortis à quelques semaines d’écart en France (le premier uniquement en e-cinema et le second au cinéma) ces deux premiers volets sont de qualité différente. Le premier film souffre malheureusement de l’introduction des personnages quand Profanation peut se permettre de nous plonger directement dans l’histoire de nos deux héros et de l’enquête qui pour le coup est elle aussi passionnante. Ce nouveau thriller bien ficelé associé toutes les qualités d’une bonne enquête policière sur grand écran : l’intimité de certaines scènes qui permet de s’attacher aux personnages et à l’enquête que l’on nous raconte, mais aussi la tension qui s’installe petit à petit. On retrouve le meilleur de ce que les scandinaves peuvent faire dans le registre des polars noirs et des films policiers en tout genre. Quand on nous dit que c’est l’ancêtre de la saga Millenium c’est totalement compréhensible étant donné que l’on retrouve là aussi la perspicacité du héros, son sidekick toujours là pour l’aider, etc. et puis l’on retrouve Pilou Asbaek, déjà vu dans la série Borgen que Mikkel Norgaard a du aller chercher pour incarner l’un des rôles de méchants de ce film.

En 1994, un double-meurtre défraye la chronique. Malgré les soupçons qui pèsent sur un groupe de pensionnaires d’un internat, la police classe l’affaire, faute de preuve…
Jusqu'à l'intervention, plus de 20 ans après, du Département V : l’inspecteur Carl Mørck, et Assad, son assistant d’origine syrienne, spécialisés dans les crimes non résolus.
Ensemble, ils rouvrent l’affaire qui les amène à enquêter sur un des notables les plus puissants du Danemark.

L’histoire de ce Les Enquêtes du Département V : Profanation est tout de même assez impressionnante. Je ne m’attendais pas du tout à ce que la série aille dans cette direction et nous offre une intrigue policière aussi complexe. Car il y a énormément de personnages que l’on apprend à connaître dans le présent et dans le futur. Le scénario est alors truffé de quelques bonnes surprises qui sont dues à de bons personnages qui fonctionnent très bien. Je pense par exemple à l’histoire de Ditlev, l’un des méchants du film qui impose rapidement un charisme étrange. On ne sait pas ce qu’il a fait, ce qu’il va faire, mais on n’a pas envie de rester à ses côtés pour le découvrir tant le danger semble être quelque chose qu’il porte sur son visage. Michel Norgaard a par ailleurs pris de l’assurance et nous délivre un épisode à la mise en scène bien plus travaillée. Cela permet de mettre en avant la psychologie des tueurs, l’esprit des criminels, et le rapport que chacun peut donc avoir avec la violence. Le suspense s’installe énormément là dessus mais ce n’est pas une mauvaise idée. Bien au contraire, ce second volet est bien plus ambitieux que le premier, et pas seulement d’un point de vue de la mise en scène plus travaillée.

Le plus ambitieux dans Les Enquêtes du Département V : Profanation c’est de tenter de nous raconter l’histoire du point de vue du témoin, de celle que l’on va chercher pendant tout le film et qui est cherchée à la fois par la police et traquée par le reste. Nikolaj Arcel signe donc un très joli scénario qui associe les flashbacks et les moments du présent avec une fluidité étonnante. Je n’ai pas lu la saga en livres mais je dois avouer que je suis curieux de découvrir les trois autres opus qui sont probablement en préparation et qui sortiront dans les années à venir au cinéma. Cette histoire permet aussi de se concentrer sur les plus bas instincts de l’homme et le fait que l’on a peut-être un tueur en puissance dans notre dos qui nous regarde près à sauter sur sa proie. En tant que grand fan d’intrigues policières et de polars, je dois avouer que je pensais avoir tout vu et même si avec Les Enquêtes du Département V : Profanation on retrouve un peu de certains polars connus comme Seven et bien d’autres, cela reste un film original dans sa façon d’exploiter ses personnages.

Note : 8/10. En bref, du très bon polar scandinave.

Commenter cet article