Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : Playing it Cool, nouvelle romance

12 Avril 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critique Ciné

Critique Ciné : Playing it Cool, nouvelle romance

Playing it Cool // De Justin Reardon. Avec Michelle Monaghan, Chris Evans et Aubrey Plaza.


Ce que je trouve d’intéressant avec Playing it Cool c’est qu’il ne cherche pas à renouveler le registre de la comédie romantique à l’américaine et qu’il s’assume plutôt bien en tant que tel. On a donc un sujet de base tout ce qu’il y a de plus rasoir et déjà vu ailleurs mais ce n’est pas le plus important tant la présence d’un Chris « Monsieur Toutlemonde » Evans dans le rôle du jeune homme qui a perdu confiance en l’amour (et qui va rencontrer une femme qui va lui redonner envie de croire à l’amour - comme par hasard -). Chris Evans tout en poil (contrairement à la peau de bébé qu’il arbore dans Captain America) nous offre ici une prestation sans tromperie d’un garçon qui tente de croire à nouveau en l’amour. Je trouve son histoire mignonne comme tout car l’acteur ne cherche pas à passer par tout un tas de mimiques dégueulasses. Justin Reardon, qui met en scène ici son premier film, mélange alors dans sa mise en scène ce qui se fait dans le monde des comédies romantiques légèrement indépendantes. Le grain n’est pas clinquant, transformant certaines scènes en de jolies scènes plutôt réalistes. Il faut dire que Michelle Monaghan a une vraie alchimie avec Chris Evans que je ne m’attendais pas du tout à voir.

Un jeune homme qui ne croit plus à l'amour fait la rencontre d'une femme lors d'un dîner de charité. Il va tenter de la séduire.

Ce que j’ai également trouvé intéressant dans Playing it Cool c’est le point de vue qui est choisi. En effet, généralement dans les comédies romantiques c’est la femme qui ne croit plus à l’amour et qui va tomber sur quelqu’un qui va lui donner envie de croire à l’amour à nouveau. Du coup, le fait que le point de vue soit masculin est peut-être ce qui fait l’originalité de ce film et donc l’un des éléments les plus intéressants. La tendresse dont fait preuve le héros est très importante mais ce n’est pas le seul élément qui m’ait plu dans ce film. En effet, au delà de tout ça, nous avons un film narré de façon différente. En effet, Chris Evans incarne le narrateur de cette histoire qu’il nous raconte. Il ne croit plus en l’amour mais c’est ce qui va le motiver à écrire sur ses expériences et à nous raconter ce qu’il peut bien penser de l’amour. La façon dont Chris Shafer (Before We Go) et Paul Vicknair (27 Robes) déconstruisent l’univers des comédies romantiques (notamment quand ils disent dans leur script « Romcom doesn’t exists in real life »). Le script est donc bien plus intelligent même si parfois il parvient à nous perdre légèrement en cours de route. J’ai trouvé intéressant que la narration soit complètement décousue, que l’on ne sache pas trop où l’on en est dans l’histoire que raconte le personnage de Chris Evans.

Mais c’est aussi parfois un peu confus et le film évolue donc de façon très étrange. Playing it Cool joue donc avec l’amour, se moque même de tout un tas de gimmicks (comme le coup du gravier pour frapper à la fenêtre - qui va se transformer à deux reprises comme de très mauvaises idées -). Petit à petit, Playing it Cool parvient même à ajouter quelques moments assez cocasses (des effets de narration comme le coup de la « drunk vision », ou tout un tas d’autres trucs qui viennent alors agrémenter le film de scènes plus originales, sortant de la morosité ambiante). Justin Reardon n’est peut-être pas le meilleur réalisateur de comédies romantiques au monde mais je trouve qu’il fait plutôt bien le boulot. Moi qui m’attendais à voir une énième comédie comme j’en ai déjà vu des dizaines au fil des années, j’ai été très heureux de voir que finalement ce n’est pas du tout le cas. J’ai également adoré les interventions de Matthew Morrison et Ashley Tisdale à la fin du film. C’était tellement drôle car cela sort là aussi du commun. Le film parvient donc à faire les choses de façon intelligente jusqu’au bout même si l’issue est forcément ce qu’il y a de plus prévisible au monde.

Note : 7/10. En bref, une charmante comédie romantique qui tente d’apporter un peu de fraîcheur au genre.

Date de sortie : Directement en DVD

Commenter cet article