Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Humans. Saison 1. Episodes 7 et 8.

22 Août 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Humans

Critiques Séries : Humans. Saison 1. Episodes 7 et 8.

Humans // Saison 1. Episodes 7 et 8. Episode Seven / Episode Eight.
SEASON FINALE


Fraîchement renouvelée pour une saison 2 par AMC et Channel 4, Humans gagne donc une année de sursis et je me demande si la série va savoir échapper à ses problèmes. Ces deux épisodes délivrent donc une conclusion à la fois très confuse mais aussi intéressante. Le plus intéressant avec cette fin c’est ce qui se passe avec Leo, un peu comme dans la série originale. L’avant dernier épisode est avant tout celui des révélations. Entre menaces, trahisons, etc. cet avant dernier épisode de la saison permet d’apporter des menaces beaucoup plus sombres à la série qui vont permettre aux intrigues de se rejoindre. Le style de la série reste très contemplatif, ce qui peut être un défaut comme quelque chose de très intéressant. Mais ce remake n’a pas vraiment l’intérêt de la série originale. C’est la faute de l’association des personnages. Heureusement pour nous que tout le monde se retrouver au même endroit à la fin de « Episode Eight » et cela permet aussi de plus ou moins changer la série de direction par rapport à la série originale. L’action de l’épisode 1.07 se concentre justement sur tout un tas de révélations et de moments plus étranges que réellement rythmés. La série a toujours eu un rythme très différent des autres séries.

J’ai bien aimé la scène entre Anita/Mia et Laura dans la cuisine par exemple. C’était une très jolie scène qui change de ce que l’on a pour habitude de voir, à la fois dans cette série, mais également dans les séries américaines. On retrouve dans ce moment beaucoup de la série originale. J’ai trouvé touchant l’histoire de George. C’est une occasion de rappeler que l’on est humain et que ce n’est pas pour rien que l’on doit avoir peur des machines. C’est une occasion de remettre aussi sur le devant de la scène l’aspect le plus émotionnel de Humans. De son côté, Leo retrouve Fred, puis Max et toute l’histoire évolue alors dans une direction assez intéressante autour des limites floues entre ADN et code, ou encore entre Synth et humains. La série a beau montrer à quel point Synth et humains sont différents, elle montre aussi le contraire, à quel point les deux sont très complémentaires. On traite dans cette série les Synth comme des esclaves et c’est là que le sujet de la liberté des Synth peut être lancé. Je me souviens de la perspective de donner des droits à des machines qui était l’un des intérêts de la série originale. Sauf que cela ne fonctionne pas aussi bien ici étrangement.

Car les questions sont encore très maigres et pas suffisamment bien posées par la série. Quand Laura dit à Mia « You don’t understand me as well as you think you do », cela peut se comprendre mais je ne suis pas certain que les deux aient tord. C’est étrange comme sentiment mais j’ai l’impression que les deux personnages ont raison dans leur façon de décrypter l’autre. La fin douce-amère de la saison dans l’épisode 1.08 ouvre de nouvelles perspectives. La saison n’a pas fait grand chose et il ne s’est finalement pas passé beaucoup de choses dans les derniers épisodes mais étrangement, j’ai l’impression que l’on arrive au bout d’un cycle. Sam Vincent et Jonathan Brackley ont eu une façon assez étrange d’adapter la série suédoise avec leur propre vision des choses mais aussi en intégrant l’univers suédois de Humans avec un point de vue britannique. La confrontation n’a pas toujours été d’une grande réussite. L’épisode débute avec les deux familles centrales de la série emprisonnées. Le clan humain est sous surveillance pendant que leurs équivalents androïdes sont retenus captifs des autorités.

La fin de l’épisode précédent était vraiment intéressante pour bousculer un peu plus les enjeux de la série (par rapport à la série originale). La série se concentre alors sur sauver tout le monde, sauver le code, sauver le monde, etc. mais ce sont les femmes de la série qui sauvent la journée. J’aime beaucoup Laura par exemple qui a su développer au fil des épisodes une vraie histoire touchante. C’est certainement le personnage que j’apprécie le plus dans cette série. A côté de ça, le dénouement est assez hypnotique. La série a su créer une ambiance qui s’est diffusée petit à petit. Au début c’était très médiocre, un remake raté, et puis en adoptant ses propres codes, sa propre façon d’aborder l’histoire, c’est finalement devenu une série complètement différente. Je me demande bien comment la saison 2 va évoluer, surtout avec les perspectives qu’il y a à la fin de celle-ci qui sortent justement un peu des sentiers battus. En espérant que la série sortir aussi un peu du schéma de la série suédoise et qu’elle arpente de nouvelles idées. J’ai aussi besoin de voir Humans aborder des sujets plus importants et plus sérieux mais l’on verra prochainement.

Note : 5/10 et 6.5/10. En bref, malgré des débuts ratés, le dernier épisode parvient à donner envie de voir la suite.

Commenter cet article