Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Wet Hot American Summer : First Day of Camp. Saison 1. Episode 4.

6 Août 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Wet Hot American Summer

Critiques Séries : Wet Hot American Summer : First Day of Camp. Saison 1. Episode 4.

Wet Hot American Summer : First Day of Camp // Saison 1. Episode 4. Auditions.


L’arrivée de Kristen Wiig et David Hyde Pierce dans ce joyeux bordel ne pouvait être qu’une assez bonne nouvelle. L’ouverture de l’épisode avec David Hyde Pierce était assez bonne mais ce que j’aime aussi c’est la façon dont les histoires tentent de trouver des réponses pour nous conduire petit à petit vers le film. Le but c’est ce film avec ce grand casting et ce n’est pas ce qu’il y a de plus simpliste dans le sens où il y a énormément de choses à relier au film et étant donné que Wet Hot American Summer part parfois un peu dans tous les sens, c’est donc un boulot titanesque. Mais les scénaristes ont relevés le défit à merveille. L’issue de cet épisode avec l’apparition de Jon Hamm donne l’impression de se retrouver dans une vieille parodie de SF, un peu comme peut l’être Danger 5. Au fond, c’est un peu ça et le changement de peau est ici bien plus classe que dans Mission Impossible. Tout aussi kitch et amusant que dans Total Recall (la version avec Schwarzenegger bien entendu, dès qu’elle se glisse dans la peau de cette vieille dame un peu enrobée qui ne sait dire qu’une seule chose). The Falcon promet donc d’être un personnage réellement important dans la suite de la saison, cet assassin que le Président Reagan a engagé a cependant très mal débuté son affaire.

Jon Hamm est parfait pour ce rôle et je trouve assez intelligent de la part de l’acteur de faire autant d’apparitions dans des comédies depuis la fin de Mad Men, cela permet à l’acteur de changer de registre et qui sait, de se trouver un rôle à la mesure de son talent comique prochainement. Peut-être sur Netflix ? Je ne serais pas contre étant donné que cet acteur peut se glisser dans tellement de personnages différents et être toujours aussi bon. Ensuite nous avons Courtney, incarnée par Kristen Wiig. Il y a des filles à Camp Tigerclaw et Courtney en fait une sacrée fille. Tout dans cette série n’a pas nécessairement de sens mais ce n’est pas le plus important. En effet, je ne regarde pas cette série afin de voir si elle est cohérente avec la réalité, juste car elle me fait délirer. Le film était déjà très spécial mais la série est presque encore plus spéciale. De toute façon je l’ai rapidement compris dès le second épisode que Wet Hot American Summer en version série ce n’était qu’une façon de prolonger le délire des créateurs de l’univers. Ensuite il y a Gail et Jonas. Parfois, je trouve que cette partie de la saison est sacrément étrange mais d’un autre côté, cela colle parfaitement à ce que l’on peut attendre de la part de ces deux personnages. En plus d’être une histoire saugrenue, c’est une histoire assez amusante.

Du point de vue des cours de théâtre, les auditions (qui donnent leur nom à l’épisode) vont très mal se passer pour notre maestro et accessoirement ses deux collègues (et notamment Ben). J’aime bien cette partie de la saison au théâtre. Je disais déjà que c’était ce que je préférais au début, et c’est toujours un truc qui me fait pas nécessairement rire mais qui permet aussi de retrouver l’ambiance complètement folle d’un camp de vacances. Car c’est clairement le genre d’activités que l’on pourrait y retrouver je pense. Peu importe, en tout cas la série continue son bout de chemin et tente de poursuivre aussi certaines de ses intrigues les plus amusantes. J’aime beaucoup The Falcon, accessoirement McKinley aussi (ce qui permet pour ce dernier de faire une apparition de Michael Ian Black). J’ai bien aimé ce qui semble être une référence au film ici alors qu’il se lie avec Ben de leurs passions partagés. La façon d’aborder la créativité (et d’être dans le placard de la créativité) est toujours aussi barré jusqu’au bout. Finalement, Wet Hot American Summer continue d’être une comédie aux allures de camp de vacances où TOUT mais alors vraiment TOUT peut arriver. Je me demande même quand est-ce que Wet Hot American Summer va se transformer en James Bond dans l’espace.

Note : 6.5/10. En bref, le délire continue. Jon Hamm en prime.

Commenter cet article