DAVE (Saison 2, 10 épisodes) : Lil Dicky et le syndrome de la feuille blanche

DAVE (Saison 2, 10 épisodes) : Lil Dicky et le syndrome de la feuille blanche

Je dois avouer que Lil Dicky a un truc. En s’inspirant de sa propre vie et de ses propres expériences il nous propose depuis deux saisons DAVE. Cette série plus ou moins autobiographique est toujours une excellente surprise après cette saison 2. La façon dont la série critique la propre identité de DAVE est parfaite pour créer des séquences humoristiques réussies. C’est souvent enfantin, parfois crétin mais c’est aussi ce qui rend DAVE attachante. Au fil des épisodes de cette saison, le personnage grandi et reste le grand enfant qu’il a toujours été. Bien que la série soit très centrée sur son héros et qu’il n’y a pas toujours de place pour des personnages secondaires, c’est probablement la meilleure chose qui arrive à DAVE. Dans un sens cela correspond très bien au personnage en lui-même, un brin arrogant sur les bords, pensant être le meilleur de tous.

 

Cela ne veut pas dire que les autres personnages n’ont pas droit à de petites attentions. En effet, DAVE nous en offre quelques bons moments aussi. Les gags sont souvent amusants et surtout différents de ce que l’on peut imaginer dans le registre humoristique. On retrouve la patte de Lil Dicky ici du début à la fin et donc cette énergie créative qu’il y avait dans ses vidéos Youtube à l’époque où il a été connu. Cette saison 2 se concentre sur le travail de DAVE sur un nouvel album et il a du mal à savoir ce qu’il peut faire. Après le succès, il se demande s’il est capable d’être à la hauteur de son précédent album. Il y a donc une certaine forme de mélancolie ici, mélangée comme toujours à la satire qu’il maîtrise. Mais la saison 2 est presque meilleure que la première alors que le personnage évolue énormément et tire aussi des leçons de ses propres expériences.

 

La satire du monde de la musique fonctionne donc très bien et le travail que le héros fait ici change un peu de tout ce que l’on avait déjà pu voir dans la saison 1 il y a deux ans. La première saison était une sorte d’OVNI et de révélation épique qui proposait des intrigues soignées avec des délires qui collent à la peau de Lil Dicky. Cette saison 2 permet de poursuivre ce chemin tout en offrant de nouvelles perspectives à la série et à son héros. Si DAVE est à son plus bas ici, c’est probablement pour en faire ressortir le meilleur car c’est de cette façon que j’ai pu le ressentir. Plus concentrée sur la précédente sur des intrigues et ainsi moins sur des gags occasionnels, DAVE prouve qu’elle mérite qu’on lui accorde du temps. Et puis qu’on se le dise entre deux, toutes ces petites blagues aussi débiles soient-elles, ces lignes de dialogues crétines, c’est aussi pour ça que DAVE fonctionne et qu’elle fonctionnera encore si une saison 3 voit le jour.

 

Note : 7.5/10. En bref, DAVE continue d’être ce petit OVNI qui grandi au fil du temps.

Prochainement en France

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article