Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Chicago Fire. Saison 1. Episode 2. Mon Amour.

18 Octobre 2012 , Rédigé par Ca Déborde de Potins, by delromainzika Publié dans #Crit. Sér. : Chicago Fire

vlcsnap-2012-10-18-14h07m16s124.png

 

Chicago Fire // Saison 1. Episode 2. Mon Amour.


Ne dit-on pas que les pompiers sont l'un des fantasmes premier de la ménagère ? Si c'est réellement le cas je me demande comment cela se fait que les audiences du premier épisode étaient assez décevantes. Mais ce n'est pas grave, je vais tenter de vous parler de ce second épisode sans penser que la série n'aura pas plus de chances dans les semaines à verni de prouver qu'elle peut séduire un large public. Tout n'est pas parfait, mais la série parvient malgré tout à imposer son ambiance particulièrement stressante. La vie d'un pompier ne doit pas être rose tous les jours et c'est pourquoi la série tente de se rapprocher au plus près de cette ambiance. Avec la caméra embarquée, et le côté assez léché de la production, nous sommes en face d'une série qui a les moyens de prouver qu'elle peut être réaliste. "Mon Amour" n'était pourtant pas une aussi grosse démonstration de moyens que le premier épisode (ce qui n'était pas une mauvaise chose dans un sens). Du coup, l'épisode choisit d'être plus touchant. Les larmes sont tirées constamment preuve que Chicago Fire est une production très américaine.

Ce second épisode peine parfois à rendre le téléspectateur accroché à ce qu'il raconte. Notamment quand il s'agit de l'histoire de Kelly et de la drogue. L'épisode nous révèle que Leslie lui sert de dealer. Elle ne veut pas mais semble presque obligée de lui rendre cette faveur. Reste à savoir maintenant pourquoi. Je trouve cependant assez dommage du traiter cette histoire de drogue avec autant de délicatesse et de discrétion. J'aimerais bien voir Kelly commencer à devenir violent et incontrôlable parce qu'il est en manque mais Chicago Fire ne peut pas se permettre de l'éloigner des interventions pour l'amener en rehab, ce serait perdre un pompier important de la série. L'autre moment assez amusant de l'épisode c'est Peter Mills qui reste le petit héros américain propre sur lui qui tente de se faire une place au beau milieu de cette troupe. J'ai trouvé assez amusant le moment où Otis arrange pour lui un petit rencard. Mais je reste sur mes positions : Mills à beau être le personnage le plus intéressant de la série, je trouve qu'il n'est pas assez bien exploité.
vlcsnap-2012-10-18-14h07m46s170.pngChicago Fire tente d'être bien plus qu'une série divertissante parlant des pompiers sur le terrain. Même si à mon sens cela aurait été plus bénéfique à la série (et donc ce rapprochement avec Trauma), la partie plus touchante de la série et donc des relations des pompiers entre eux et de leur vie au quotidien, n'est pas toujours très juste. Je trouve ça assez bâclé malheureusement. La franche camaraderie ne se ressent pas tout le temps. La seconde intervention de l'épisode (en pleine rue) n'était pas très élégante. Disons que cela manquait de l'énergie qu'il y avait durant la seconde intervention. La première était là pour faire monter la pression petit à petit. Finalement, Chicago Fire reste une jolie production, pas assez travaillée cependant. Si le premier épisode bénéficiait de quinze minutes particulièrement prenantes et sans temps mort, ce second épisode se permet tout d'un coup de faire redescendre la pression (avant de la remonter durant quelques minutes lors d'une intervention).

Note : 4.5/10. En bref, quelques bons moments et une bonne intervention. La série reste très proche de ce que l'on peut attendre des américains. Classe, sobre.

Commenter cet article