Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Sleepy Hollow. Saison 1. Episode 8. Necromancer.

19 Novembre 2013 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Sleepy Hollow

vlcsnap-2013-11-19-12h06m54s15.png

 

Sleepy Hollow // Saison 1. Episode 8. Necromancer.


Le fait que Sleepy Hollow soit l’une des meilleures surprises de la rentrée n’est finalement pas si étonnant que ça. La série se base sur quelque chose de nouveau que l’on n’avait pas vu auparavant et associe tout ce qui peut faire le succès d’une série de son aspect fun à son aspect plus mystérieux. L’association de tous ces éléments va certainement pousser les networks à produire des séries dans le même genre la saison prochaine. « Necromancer » était un très solide épisode de Sleepy Hollow encore une fois, centrée sur sa propre mythologie autour du Cavalier sans Tête. Andy est donc le « Necromancer » et va permettre à Ichabod de communiquer avec le Cavalier sans Tête et ensuite à celui-ci de s’évader. C’était quand même assez cocasse, surtout que John Cho est excellent dans ce rôle de mi-zombie. Mais l’épisode parvient également à nous faire une révélation de taille sur le Cavalier sans Tête puisqu’il s’agit en fait d’Abraham, un ami d’Ichabod. Je suppose que cela va engager les choses dans une direction différente pour la suite de la saison et j’ai hâte de le découvrir. Surtout que le Cavalier et Ichabod ont un lien : Katrina. Mais l’épisode s’amuse alors avec cette révélation afin de délivrer une fin d’épisode jouissive et très axée sur l’action et le fun.

Que cela soit avec les créatures qu’Andy libère au détour d’une petite incantation ou encore avec le face à face à l’épée entre le Cavalier et Ichabod. Andy a donc un rôle bien plus important que le premier épisode ne semblait nous le faire penser et je dois avouer que cela me plait mais cela manque encore de John Noble tout ça. La relation entre Ichabod et Abbie est toujours aussi bien développée par les scénaristes de Sleepy Hollow. En effet, au-delà des moments plus jovials qu’ils vont partager, je trouve que cette amitié qui se dessine est vraiment mignonne et touchante. On aurait pu croire que le fait que la série fasse rapidement évoluer leur relation soit un frein pour comprendre pourquoi Abbie n’a pas peur d’Ichabod et semble à fond dans ce qu’il se passe dans sa ville mais au contraire, c’est fait avec une telle fluidité. Du coup, on ne peut bien évidemment qu’adhérer complètement à ce que Sleepy Hollow nous raconte. C’est une série fine qui malgré ses côtés bourrins reste passionnante. Et puis l’on a pas l’impression que l’on tente de nous berner avec des trucs inutiles et ennuyeux. La série joue alors avec ses personnages et ses intrigues sans jamais tenter de nous avoir avec des incohérences.
vlcsnap-2013-11-19-12h05m18s76.pngC’est agréable car du coup cet épisode parvient à devenir jouissif du début à la fin. Le début permet de reprendre les choses là où l’on avait pu les laisser dans l’épisode précédent et puis la fin nous offre un joli twist. Les flashbacks donnent cette semaine pas mal de consistance au personnage d’Ichabod et à son passé. Aussi bien son passé avec Abraham qu’avec Katrina. Il fallait bien donner un peu de substance à tout cela pour que l’on croit à ce que la série veut bien nous raconter. Du coup, on s’éclate et je ne demandais pas mieux. Au-delà des révélations que l’épisode nous fait, c’est aussi un ensemble de choses qui font que cela fonctionne. Sleepy Hollow ce n’est pas que des twists (contrairement à Hostages par exemple pour prendre une nouveauté de la saison), c’est aussi des trucs beaucoup plus amusants et efficaces que ça. Du coup, on se retrouve avec une série légèrement plus ambitieuse qu’elle n’aurait pu le laisser paraitre lors des premières images. Je me souviens en mai quand l’on avait pu découvrir le premier trailer de Sleepy Hollow. J’avais presque envie de rire car cela avait l’air si ridicule et puis la surprise fût de voir que c’est tout le contraire.

Note : 7/10. En bref, les révélations s’amplifient et les personnages évoluent. Réussi.

Commenter cet article