Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : Le Dernier Coup de Marteau, diapason désaccordé

20 Mars 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critique Ciné

Critique Ciné : Le Dernier Coup de Marteau, diapason désaccordé

Le Dernier Coup de Marteau // De Alix Delaporte. Avec Romain Paul, Clotilde Hesse et Grégory Gadebois.


Quatre ans après la série Fortunes, Alix Delaporte revient mais au cinéma cette fois-ci pour nous raconter la chronique d’un jeune garçon, Victor, qui va découvrir qui est son père et qui va tenter de lier une véritable relation avec lui. L’histoire est intéressante mais le traitement est vu et revu. Du coup, tout le film repose en grande partie sur le talent du jeune Romain Paul qui a ici son tout premier rôle et qui a reçu le Prix Marcello Mastroianni du meilleur jeune espoir à la dernière Mostra de Venise. Ce qui n’est pas rien tout de même comme récompense. Il est vrai qu’il y a de l’espoir chez ce petit Romain Paul mais le film dans lequel il évolue est malheureusement un peu fermé à mon goût. Le problème c’est que les surprises ne viennent pas comme elles devraient venir et le scénario évolue alors de façon très constante et simpliste. C’est aussi une très belle histoire mais dont l’envergure manque peut-être d’un peu de candeur. J’aurais aimé que le film assume son côté âpre par exemple, difficile de la vie, mais il ne le fait pas vraiment. J’aurais aimé aussi que Le Dernier Coup de Marteau soit peut-être un peu plus engagé vers la cause de ces gens qui vivent dans des caravanes le long des plages. Mais non, il n’y a rien de tout ça, juste des images.

Quand Victor, 13 ans, pousse la porte de l'opéra de Montpellier, il ne connaît rien à la musique. Il ne connaît pas non plus son père venu diriger la 6ème symphonie de Mahler. Il l’observe de loin, découvre l'univers des répétitions... Le jour où Nadia, sa mère, lui annonce qu’ils doivent quitter leur maison sur la plage, Victor s’inquiète. Pour sa mère, dont il sent qu’elle lui cache quelque chose, mais aussi pour sa relation naissante avec Luna, la voisine espagnole. Victor décide alors de se montrer pour la première fois à son père...

La force d’Alix Delaporte est donc dans Le Dernier Coup de Marteau la musique. Dès que la musique classique commence à retenir, les choses changent et le film parvient enfin à émouvoir son spectateur. Car ce n’est pas avec l’histoire du cancer de la mère ou encore des retrouvailles entre un père et son fils que Le Dernier Coup de Marteau parvient réellement à nous émouvoir. Du coup, la façon dont Alix Delaporte utilise la musique dans son film est beau et sincère. C’est là qu’il y a le plus beau message de ce film. Mais une fois de plus, le film pèche par un manque cruel de générosité dans son scénario. En effet, de ce point de vue là, j’ai eu l’impression que Le Dernier Coup de Marteau ne voulait rien faire pour créer de surprises. On s’est alors retrouvé face à des montagnes de choses décevantes (notamment la façon d’explorer la relation entre un père et son fils, le film donne l’impression d’enchaîner les moments, les vignettes, sans vraiment donner quelque chose de consistant au spectateur et c’est malheureusement ce dont j’avais terriblement besoin. Car le film aurait alors gagné en sincérité et peut-être aussi en beauté.

C’est beau de filmer le littoral français de la sorte, Romain Paul est très bien devant la caméra d’Alix Delaporte mais la pauvre nous offre un film un peu brouillon sur les bords qui manque peut-être un peu trop le coche pour parvenir à être la révélation que l’on m’avait plus ou moins promis. Car en allant voir ce film, après avoir lu quelques critiques dithyrambique, je me suis dit que ce serait une bonne défi mais il n’en est rien. A l’issue de Le Dernier Coup de Marteau, on finit même par devenir complètement frustré. L’histoire a certes une fin mais elle est amenée de façon peut-être un peu trop bateau à mon goût, sans prendre le soin de nous préparer. Le film met tellement de temps à faire tout un tas de choses que du coup, dès qu’il ne fait rien de bien étonnant à la fin, je me suis demandé quel était finalement le but de ce film. Car les qualités de mise en scène, de direction des acteurs, de jeu d’acteur, sont là, mais tout ce mélange, dans un marasme pas toujours lisible ce n’est malheureusement pas la joie. Ou en tout cas, pas ce que j’attendais. Cela manque de nuances, de visions au travers de plusieurs personnages, etc.

Note : 4/10. En bref, malgré tout un tas de qualités indéniables, je n’ai pas été convaincu par ce film standardisé sur un sujet mainte et mainte fois repris.

Commenter cet article