Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Chicago P.D. Saison 2. Episode 19.

16 Avril 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Chicago P.D

Critiques Séries : Chicago P.D. Saison 2. Episode 19.

Chicago P.D. // Saison 2. Episode 19. The Three Gs.


Je suis content que les scénaristes de Chicago P.D. ait décidé de ne pas inclure l’introduction du spin off Chicago Med dans cette série également car c’est un truc que l’univers des Chicago semble adorer, de faire des cross-over multiples entre toutes les intrigues diverses et variées, sauf que ce n’est pas forcément ce que j’ai envie de voir pour autant. Dans ce nouvel épisode, nous avons donc tout un tas de séquences qui démontrent une fois de plus que cette série fonctionne plutôt bien avec l’univers de Chicago P.D.. Les histoires de trafics d’être humain c’est quelque chose que les séries procédurales n’ont de cesse de faire encore et encore mais je trouve que dans cet épisode cela a plutôt bien fonctionné d’un point de vue purement émotionnel. Je trouve que Chicago P.D. sait très bien se servir de l’émotion de ses personnages dans ce genre de cas. En tout cas, l’épisode associe toutes les qualités de la série en un seul épisode. J’ai toujours préféré Chicago P.D. à Chicago Fire, sans trop savoir pourquoi, peut-être car j’ai une plus grande affinité pour les personnages de la série policière que de la série de pompiers ou bien car je préfère l’univers policier. Je ne sais pas vraiment mais Chicago P.D. est aussi une série qui me fait écho à bien d’autres bonnes séries comme par exemple The Shield.

On m’a déjà tapé sur les doigts pour les références que j’ai pu faire à Chicago P.D. que j’ai présenté comme le nouveau The Shield. Certes, Chicago P.D. n’est pas forcément aussi osée mais nous somme sur un network et le potentiel est donc légèrement différent. Voight est l’un des personnages les plus importants de cet épisode et à raison car c’est tout de même celui par qui la série a réellement débuté. Je trouve que Voight a bien évolué au fil des saisons et surtout tout au ont de cet épisode. Je me demande en parallèle si c’est aussi la fin de la relation professionnelle entre Roman et Burgess. Je me demande vraiment si au fond ce n’est pas l’une des meilleures relations de la saison et la série ne semble pas très bien l’utiliser. Cet épisode me donne l’impression que tout est fait pour que ces deux là n’aient plus de relation professionnelle. Certes, Burgess n’a pas forcément agit de la meilleure façon qu’il soit. Mais il faut dire que Roman est probablement celui qui est le plus à plaindre dans cette histoire. Nadia par ailleurs ne veut pas abandonner l’idée d’avoir le poste qu’elle veut. J’ai été un peu déçu par Platt mais ce n’est pas le plus important. Disons que Nadia est un personnage qui est à mon sens amené à réellement prendre une place dans Chicago P.D..

Le but de cette série est clairement de nous présenter petit à petit de nouveaux personnages afin d’agrandir la famille qui peut aussi parfois se rétrécir. Nadia n’a pas envie de perdre son boulot, et cela se comprend. Mais Platt est aussi quelqu’un qui peut parfois être gentil et apporter quelque chose d’intéressant. En tout cas, Chicago P.D. nous délivre dans cet épisode de grandes scènes d’action comme la série sait nous en offrir des dizaines. C’est toujours sympathique quand tout le monde s’active autour d’une même affaire, surtout que cette affaire pourtant très classique sur la papier, va avoir droit à un joli traitement émotionnel. Je ne m’attendais pas du tout à ce que Chicago P.D. nous embarque dans son histoire de cette façon mais je suis content de voir qu’ils savent se renouveler. Car j’ai eu un peu de mal avec le milieu de cette saison 2 qui me faisait mentir sur ce que je disais sur la première partie de la saison (et qui était une première partie de saison plutôt solide dans son ensemble). J’ai maintenant du mal à voir où est-ce que toutes les intrigues entamées vont bien pouvoir aller mais ce n’est pas bien grave, le but de Chicago P.D. est de se laisser porter par les scénarios.

Note : 6.5/10. En bref, la dimension émotionnelle de l’épisode apporte est intéressante.

Commenter cet article