Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Gotham. Saison 2. Episodes 14 et 15.

23 Mars 2016 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Gotham

Critiques Séries : Gotham. Saison 2. Episodes 14 et 15.

Gotham // Saison 2. Episode 14 et 15. This Ball of Mud and Meanness / Mad Grey Dawn.


Avec Gotham, quand ça ne veut pas, ça ne veut pas. « This Ball of Mud and Meanness » est un épisode particulièrement dégueulasse avec des développements personnages particulièrement ratés. La fin de l’histoire de Mr. Freeze dans l’épisode précédent aurait dû permettre un retour fracassant du personnage dans ce nouvel épisode sauf que ce n’est pas du tout le cas. Peut-être car justement Gotham ne sait pas trop quoi faire et c’est vraiment dommage. L’un des gros problèmes de cet épisode est d’avoir voulu construire la plupart de l’histoire autour de Bruce Wayne à la recherche de celui qui a tué ses parents. Si dans un sens cela fait partie de la mythologie de Gotham, la série n’arrive pas à rendre cette histoire passionnante. On s’ennuie donc terriblement et ce n’est pas parce que son majordome va se battre que les choses vont devenir plus intéressantes. Bruce n’est pas encore Batman et c’est là où Gotham n’arrive pas accrocher. Il est trop jeune pour le devenir de toute façon et je ne pense pas que l’on verra un jour le héros naître dans la série. L’histoire de qui a tué les parents de Bruce n’a donc pas de grand intérêt alors que cela devrait être un évènement essentiel pour Gotham.

Gotham n’a strictement aucun intérêt à développer la psychologie de Bruce Wayne dans un sens puisque ce n’est pas ce sur quoi la série est construite. A la base, Gotham est l’histoire de la ville de Gotham, de ses vilains (cette année) mais aussi de Jim Gordon. Ce dernier perd de son plus en plus son statut de « héros » dans la série et c’est là aussi un vrai échec. Un peu comme la série a pu le faire avec Jim Gordon, cet épisode cherche donc à montrer si Bruce va tuer Matches Malone et poser une limite. Comme Jim. Mais la série n’est pas nuancée et elle s’égare donc très rapidement là dedans sans parvenir à transformer l’essai. On ne s’ennuie que lorsque l’historie de Bruce est sur le devant de la scène, c’est-à-dire durant près de la moitié de l’épisode. Le reste est utilisé de façon très sporadique, sans faire grand chose et sans développer réellement les personnages ou encore l’univers de Gotham. L’échec de la série est là, de ne pas avoir réussi à apprendre de ses erreurs, et pire elle ne sait pas se concentrer sur les vilains alors que cela aurait dû être le cas cette année. De plus, on se moque des ressentiments de Bruce alors que de qui a tué les Wayne s’avère être un poil plus intrigant (même si Bruce est tellement tête à claques que j’ai encore du mal).

B.D. Wong sous les traits d’Hugo Strange s’avère être un bon pari, mais la façon dont le scénario utilise ce personnage est là aussi toujours décevante. Il manque un petit truc à Gotham pour rendre les personnages et l’histoire un poil plus intéressante à mon goût. Etant donné que la série reste molle dans sa façon d’aborder les choses, « Mad Grey Dawn », bien que sympathique, pâti de ces problèmes narratifs et des conséquences de l’épisode précédent. Bon, la série reste assez consciente de son histoire au fil des semaines depuis son retour ce qui nous donne moins l’impression de voir une série qui part dans tous les sens. Et c’était justement un échec lors de la saison précédente et encore plus lors de la première partie de la saison 2 qui est peut-être bien ce que Gotham a fait de pire jusqu’à présent. L’histoire du Penguin prend donc toujours de la place, peut-être injustement alors que celle de Mr. Freeze est encore au congélateur pour le moment, comme préservée pour plus tard alors qu’il serait intéressant de forcer un peu plus le développement.

En revenant à l’histoire de Gordon, l’épisode parvient enfin à faire des choses légèrement différentes et donc à nous intriguer un peu plus. Gordon n’est pas mon personnage préféré dans Gotham alors que j’ai une fascination plus importante pour les femmes de la série (quand elles sont utilisées intelligemment). Du coup, en se concentrant sur Nygma et Jim, l’épisode fonctionne correctement et de façon presque automatique. Il n’y a pas de grandes surprises de toute façon, peut-être car ce n’était pas du tout le but de la série non plus cette année. Il reste encore énormément d’intrigues et de personnages que Gotham laisse de côté sans les utiliser judicieusement. Il va falloir prendre des risques et peut-être éliminer certaines menaces.

Note : 3/10 et 6/10. En bref, la série fait encore des erreurs.

Commenter cet article