Critiques Séries : Dispatches from Elsewhere. Saison 1. Episode 4.

Critiques Séries : Dispatches from Elsewhere. Saison 1. Episode 4.

Dispatches from Elsewhere // Saison 1. Episode 4. Fredwynn.

 

D’une série dont je n’attendais rien et qui, dans son premier épisode n’était pas la plus convaincante du monde, naît au fil des épisodes un produit fascinant. André Benjamin (American Crime, Quatre frères) nous plonge cette semaine dans l’esprit de son personnage : Fredwynn. En suivant toute cette aventure, je dois avouer que j’ai retrouvé un peu de ce que j’aime chez Steven Moffat et Mark Gatiss. Dans cet épisode, notre héros de la semaine plonge dans son lui intérieur afin de rechercher des indices, un peu comme un Sherlock (la version contemporaine bien entendue). « Fredwynn » permet aussi à Dispatches from Elsewhere de nous plonger un peu plus loin dans l’histoire de la série, ce qui est pour bien des raisons plutôt fascinant dans son ensemble. Ce personnage est aussi le plus complexe de toute l’histoire de la série, un homme qui prouve ici qu’il est difficile à cerner aussi. 

 

Mais contrairement à Sherlock Holmes, ce qui intéresse Fredwynn c’est le fait d’apprendre à connaître ses partenaires de jeu un peu mieux. En reprenant au départ tout ce que l’on a vu dans l’épisode précédent du point de vue de Fredwynn, alors Dispatches from Elsewhere nous offre aussi une nouvelle version de l’histoire. Ce qui est intéressant avec le fait que l’on se concentre sur des personnages différents à chaque épisode permet aussi de donner le point de vue de chacun, sans faire une sorte d’histoire globale, mais en faisant quelque chose d’un peu différent. Cela me rappelle certains films (Angles d’attaque) même si le sujet est ici différent, car on est dans un jeu ici, une chasse au trésor. 

 

L’esprit de Fredwynn est fascinant car il est complexe mais aussi obsédé par l’idée de chercher des indices et des réponses. Pour lui, le jeu n’est pas seulement un jeu, c’est lié à une sorte de conspiration qui souligne tous les aspects de la vie moderne (notamment car il a travaillé dans le monde de la big data). Toutes ses explications sont fluides et bien que Dispatches from Elsewhere fasse les choses de façon très rapide, le rythme est le bon et est fascinant à suivre. Cet épisode ressemble donc à une sorte d’épisode de Sherlock Holmes couplé avec une intrigue de chasse au trésor. Cet épisode était important (et très réussi) dans la façon de conduire la série et je trouve ça fascinant. De plus, l’épisode permet aussi de répondre à de nombreuses questions, tout en installant des dynamiques dans l’équipe. André Benjamin est au sommet de son art et j’ai déjà hâte de voir la suite.

 

Note : 9/10. En bref, un épisode fascinant qui répond à des questions tout en développant l’univers de Dispatches from Elsewhere et les relations entre les personnages. 

 

Envie de soutenir mon site Internet ? 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article