Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : God Bless America, satire trash et jouissive...

21 Octobre 2012 , Rédigé par Ca Déborde de Potins, by delromainzika Publié dans #Critique Ciné

20260405.jpg

 

God Bless America // De Bob Goldthwait. Avec Joel Murray et Tara Lynne Barr.


Cet excellent petit film indépendant, brûlot de la société américaine, n'a malheureusement pas eu de chance. D'une part parce qu'il avait été repoussé aux Etats-Unis suite à la tuerie d'Aurora mais également parce que beaucoup de critiques n'ont pas été tendre avec le film en parlant notamment de logorrhée verbale. Je trouve cela très injuste puisque God Bless America est surement l'un des films les plus inspiré de cette année. Derrière ce côté complètement cinglé (qui va jusqu'au bout s'en s'arrêter) se cache une sorte d'hommage au "j'en peux plus-isme" américain. On commence dans un premier temps par une vraie critique de la télévision et du fait que l'on se fait complètement contrôlé par la télévision. Puis petit à petit God Bless America critique le mode de vie des gens et le fait qu'ils ne tentent même plus d'être des gens intéressants ou bien qui aurait une once de respect pour les autres (on pense alors évidemment à la fameuse scène dans le cinéma). Passant à savonnette Glee, Kim Kardashian, American Idol mais également des thèmes comme la star-idolisation.

Seul, sans boulot, gravement malade, Frank sombre dans la spirale infernale d’une Amérique déshumanisée et cruelle. N’ayant plus rien à perdre, il prend son flingue et assassine les personnes les plus viles et stupides qui croisent son chemin. Bientôt rejoint par Roxy, lycéenne révoltée et complice des plus improbables, c’est le début d’une équipée sauvage, sanglante et grandguignolesque sur les routes de la bêtise made in USA.

Malgré un budget particulièrement ridicule, ce petit film s'en sort plutôt bien dans sa manière de mettre les choses en scène. God Bless America enchaine donc les tueries plus ou moins inspirées des gens qui font de ce monde un monde inculte (d'après le héros et son accompagnatrice, une jeune fille). La meilleure chose de God Bless America c'est évidemment ces citations piquantes et vraie critique de l'Amérique que l'on connait aujourd'hui. Le tout n'est pas forcément inspiré mais cela reste succulent de voir que ce monsieur tout le monde, pensant qu'il va mourir, tente de prouver aux américains qu'ils ont complètement perdu la tête. Je pense alors que discours final, pas toujours très juste mais intéressant. Il critique quelque chose d'intéressant qui s'est développé tout au long du film.

"When high schoolers were asked what living american they would want to be, the majority of girls answered Kim Kardashian, and the majority of boys answered any male cast member on the Jersey Shore"

"We should kill Diablo Cody. Fuck her for writing Juno. She's the only stripper who suffers from too much self esteem"

Bob Goldthwait n'est pas forcément un grand réalisateur mais il nous offre malgré tout une critique de la société. Joel Murray n'est pas non plus un acteur excellent mais il parvient malgré tout à être touchant. La comédie satirique qu'est God Bless America peut parfois apparaitre comme un peu manichéenne mais ce reproche est rapidement balayé. Voilà donc surement l'un des meilleurs films de cette année. Sans être particulièrement bien réalisé il est bourré de répliques cultes et de moment tellement surréalistes qu'ils en deviennent alors instantanément des moments inspirés. On peut alors juste regretter quelques longueurs où God Bless America s'encroute un peu trop, à sa manière, dans la définition de la relation de ses deux héros.

Note : 8.5/10. En bref, de bout en bout God Bless America n'arrête jamais. Jouissif et crash à souhait, voilà une comédie satirique qui n'a peur de rien.

Commenter cet article