Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : L'Odyssée de Pi, féérie et onirisme pour chef d'oeuvre...

20 Décembre 2012 , Rédigé par Ca Déborde de Potins, by delromainzika Publié dans #Critique Ciné

20298702.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

 

L'Odyssée de Pi // De Ang Lee. Avec Suraj Sharma, Irrfan Khan et Gérard Depardieu.


Ang Lee était de retour au cinéma après son plutôt moyen Hotel Woodstock avec L'Odyssée de Pi, adapté du roman de Yann Martel. Jean Pierre Jeunet était sur les rangs pour l'adapter fût un temps avant qu'il n'en abandonne l'idée. Ang Lee, réalisateur prolifique du très bon Le Secret de Brokeback Mountain nous offre avec L'Odyssée de Pi une véritable fable sans limite verbale qui se travaille surtout avec les yeux. Je n'avais pas vu un film aussi beau en 3D depuis Avatar (qui restait jusqu'ici le meilleur film en 3D que j'avais pu voir de ma vie). Bénéficiant donc d'une technique sans faille et d'une exploitation farouche des décors, L'Odyssée de Pi fascine par la féérie de son histoire transportant le spectateur, deux heures durant dans un vrai odysée comme jamais le cinéma avait pu en faire auparavant. Il y avait cependant un arrière goût des années 70, notamment sur le jeu des couleurs (une période très cher à Ang Lee) travaillé à merveille. Nous sommes presque comme plongé dans les aventures d'un film d'animation Disney.

Après une enfance passée à Pondichéry en Inde, Pi Patel, 17 ans, embarque avec sa famille pour le Canada où l’attend une nouvelle vie. Mais son destin est bouleversé par le naufrage spectaculaire du cargo en pleine mer. Il se retrouve seul survivant à bord d'un canot de sauvetage. Seul, ou presque... Richard Parker, splendide et féroce tigre du Bengale est aussi du voyage. L’instinct de survie des deux naufragés leur fera vivre une odyssée hors du commun au cours de laquelle Pi devra développer son ingéniosité et faire preuve d’un courage insoupçonné pour survivre à cette aventure incroyable.

La principale qualité de L'Odyssée de Pi c'est de ne jamais tomber dans l'ostentatoire. Alors que le propos religieux est très présent (surtout au début du film afin de baser l'aventure de Pi Patel ou Piscine Monitor Patel à voir), finalement il n'empiète jamais sur le désir du spectateur de se faire sa propre opinion de la foi. Car au fond, tout le monde a foi un jour ou l'autre, sans nécessairement avoir besoin de croire en quelque chose. C'est ce que L'Odyssée de Pi tente de nous développer dans un premier temps. Notamment quand le Pi explore plusieurs religions et nous raconte sa rencontre avec chacune d'elles. Si le début du film tente surtout de nous mettre en confiance, la seconde est là pour nous chambouler l'esprit. Pourtant basé sur l'histoire d'un homme avec un tigre, le voyage fascine. Aussi bien dans ce qu'il raconte (et donc grâce à un scénario maitrisé par la main de David Magee à qui l'on doit déjà celui du féérique Neverland) que dans ce qu'il montre visuellement. Certains pourront reprocher à L'Odyssée de Pi d'être surtout dans la démonstration technique. On voit parfois le film contempler encore et encore son monde. C'est à mon avis quelque chose de réussi.

L'Odyssée de Pi est un film merveilleux. Un voyage pour les sens. A voir absolument en 3D (et pourtant, dernièrement le genre n'a jamais été très folichon au cinéma). Un film magique qui invite les yeux à pleins de souvenirs. De plus, ce film onirique ne tombe jamais dans le pathos facile. La relation entre Pi et le tigre est certes irréaliste mais la manière dont le film met cela en scène donnait envie d'y croire. Sans compter que sur la film on ne voit plus le prédateur qu'est le félin mais uniquement un personnage, unique et touchant lui aussi. L'Odyssée de Pi tentait au départ de nous parler de l'âme des animaux et Richard Parker s'en fait la définition même. Un film épique qui raisonne encore et laisse les yeux du spectateur briller jusqu'à la dernière goûte. Je crois que je ne suis pas prêt d'oublier un tel film qu'il serait décevant (et décevra forcément) de voir chez soi dans son canapé. Un voyage pour vos sens, mais à contempler au cinéma afin d'être immerger par la beauté visuelle de ce que l'on nous offre. Sans compter que L'Odyssée de Pi ne manque pas de ressources.

Note : 10/10. En bref, chef d'oeuvre de l'année.

Commenter cet article