Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : Nos Étoiles Contraires, cancer heureux

25 Juillet 2014 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critique Ciné

218720.jpg

 

Nos étoiles contraires // De Josh Boone. Avec Shailene Woodley, Ansel Elgort et Nat Wolff.


J’ai conscience du fait que je suis quelqu’un de très émotif face au cinéma mais je n’avais pas été autant bouleversé depuis un sacré bout de temps. Shailene Woodley (récemment vu dans le très sympathique Divergent et le très mauvais The Spectacular Now) et Ansel Elgort (qui incarnait le rôle du frère de Shailene Woodley dans Divergent) forment un très joli duo, touchant et mignon. Je vois déjà les gens parler d’une romance cul-cul la praline mais ce n’est pas vraiment ce que j’ai vu dans le sens où ce n’est pas cul-cul dans le mauvais sens. Bien au contraire. Car cette petite histoire est vraiment belle à suivre et je dirais même que les deux jeunes forment vraiment un duo mignon. On aimerait tous vivre une aussi belle histoire d’amour qu’eux, fusionnelle et passionnelle. Le cancer en moins bien évidemment mais c’est ce qu’il y a de terrible. Le cancer n’est cependant pas vécu comme un problème dans ce film. Nos étoiles contraires parvient donc à transformer le handicap en une nouvelle façon de voir les choses. Je peux comprendre qu’au fond on n’aime pas mais il est impossible de ne pas être au moins touché une fois. Il y a des moments certes faciles mais terribles malgré tout.

Hazel Grace et Gus sont deux adolescents hors-normes, partageant un humour ravageur et le mépris des conventions. Leur relation est elle-même inhabituelle, étant donné qu’ils se sont rencontrés et sont tombés amoureux lors d'un groupe de soutien pour les malades du cancer.

Car je peux reconnaître une chose à Nos étoiles contraires, c’est un film assez facile. Il n’y a pas un scénario qui va rechercher énormément de choses mais justement, derrière cette simplicité se cache des sentiments son palpables. Je ne suis pas un grand fan de Shailene Woodley (qui m’avait parfois un peu déçu dans Divergent) mais je dois avouer que j’ai été assez surpris dans le bon sens, tout comme pour Ansel Elgort que je n’avais pas vraiment eu la chance de voir autant jouer dans un film, ses deux précédents rôles étant assez insignifiants). L’histoire fonctionne donc plutôt bien, grâce à une fluidité mise en oeuvre avec des rebondissements attendus. Au fond, on ne pouvait pas attendre mieux d’un tel film, bien au contraire, seulement c’est une romance et de toute façon, une romance ne peut pas évoluer différemment. Avec deux personnages aussi sympathiques, que l’on a envie de voir se battre on a à leurs côtés des personnages tout aussi agréables. Je pense notamment à l’excellente Laura Dern (Enlightened). C’est sûr que cette femme était faite pour ce rôle de mère un peu illuminée et légèrement paumée.

Josh Boone (Stuck in Love) n’est pas un réalisateur parfait. Il met tout cela en scène comme toute les comédies romantiques pour adolescents, avec un grain de dramatique en plus. Il n’y a donc rien de nouveau. Peut-être que Nos étoiles contraires aurait été un peu plus intéressant en film indépendant et mis en scène de la sorte. Il y a des tas de moments où le réalisateur tente des choses sans parvenir à les réussir totalement. Finalement, Nos étoiles contraires est un joli film qui séduira toutes les âmes sensibles. Il faut juste prévoir une boîte de mouchoir, je n’en ai personnellement pas eu assez pour terminer le film donc tous les gens qui ont vu le film comprendront ma souffrance. En tout cas, je sais que cela ne va pas pouvoir séduire tout le monde et que tout le monde n’est pas aussi sensible que moi mais le coeur de cible du film sera enchanté (et pourtant je n’en fais pas du tout partie), sans compter que cela raconte tout de même une belle histoire au travers d’un regard adolescent. C’est naïf mais justement, quel adolescent n’est pas naïf ? C’est donc réaliste, du point de vue duquel cette histoire nous est contée. Le duo de tête donne même la pèche malgré leur maladie.

Note : 9/10. En bref, un joli film plein de bons sentiments dégoulinants certes, mais touchants.

Date de sortie : 20 août 2014

Commenter cet article