Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Revolution. Saison 1. Pilot.

18 Septembre 2012 , Rédigé par Ca Déborde de Potins, by delromainzika Publié dans #Crit. Sér. : Revolution

preview_595.jpg

 

Revolution // Saison 1. Episode 1. Pilot.


Le créateur de Supernatural était de retour avec derrière lui une équipe chevronnée de producteurs de séries alléchantes : celle de J.J Abrams. Autant dire que ce dernier est souvent signe de qualité. L'an dernier, ses deux séries lancées (Alcatraz et Person of Interest) avaient retenues mon attention. Désormais, c'est vers Revolution que tous les regards seront braqués. Je l'ai élue comme la nouveauté de la rentrée mais il ne fallait pas que la série s'engouffre dans une sorte de Terra Nova nouvelle génération. C'était difficile de ne pas tomber dans le panneau mais je peux le dire après avoir vu cet épisode : c'est tout de même bien mieux. Mais pour un premier épisode, j'ai trouvé ça aussi assez faible. Il y a de très bonnes choses, mais aussi des moins bonnes et une attention pas assez poussée sur les détails. J'avais réellement envie de retrouver quelque chose de surprenant et d'étonnant mais ce n'est pas totalement le cas. Réalisé par Jon Favreau (Iron Man) ce premier épisode bénéficiait pourtant de l'expertise d'un pro.

Le monde bascule dans une ère sombre lorsque l'électricité cesse soudainement de fonctionner. Sans technologie moderne, les hôpitaux, les transports et les moyens de communication ne sont plus opérationnels. La population doit réapprendre à vivre... 15 ans plus tard, la vie a repris son cours. Lentement. Sereinement ? Pas vraiment. Aux abords des communautés agricoles qui se sont constituées, le danger rôde. Et la vie d'une jeune femme est bouleversée lorsque la milice locale débarque et tue son père, qui semble être mystérieusement lié au blackout. Ces révélations l'amènent à se mettre en quête de réponses sur le passé, dans l'espoir d'un futur meilleur.
preview--30-_595.jpgDu coup, ce premier épisode est surtout efficace durant son introduction. On acclimate le téléspectateur. On lui fait avoir quelques sueurs froides. Imaginez, un black-out général atteint le monde entier et l'on vous dire que cela ne reviendra jamais. C'est donc terriblement excitant. Puis une fois le micro générique (très beau au passage) passé, la série commence déjà à ralentir le train. On se retrouve 15 ans plus tard, sans Elizabeth Mitchell (imaginez déjà ma frustration), et avec une galerie de personnage que l'on va rapidement découvrir. Sauf que finalement, ce ne sont pas les acteurs principaux qui sont intéressants mais un rôle en particulier : celui de Giancarlo Esposito. Il incarne encore une fois un grand méchant dans ce premier épisode qui est supposé sans pitié. On en dit peu sur le personnage, notamment pour donner envie au téléspectateur d'en savoir plus durant les prochains épisodes. C'est déjà un bon personnage sur un lot plus ou moins passable.

Je pense notamment à Charlie Matheson, la fille de Ben (qui va passer de vie à trépas durant ce premier épisode, tout va donc assez vite) incarnée par une actrice charmante (Tracy Spiridakos de Being Human) mais que je n'ai pas trouvé particulièrement surprenante. Elle est beaucoup trop effacée et n'a pas l'étoffe d'une héroïne de série produite par J.J Abrams (on connait tous son goût pour les femmes fortes, comme on a pu le voir dans Alias, puis dans Lost, puis dans Fringe et encore dans Alcatraz). C'est presque un assez gros point faible car chacune des scènes du personnage manque de cran. Revolution tente pendant ce temps de nous acclimater à son nouveau terrain de chasses avec des éléments mystérieux comme cet homme, ancien riche qui travaillait pour Google (la référence était assez amusante), ou encore cette clé électronique qui nous permet de découvrir à la fin de l'épisode qu'elle permet de communiquer et de… rallumer un appareil.
preview--26-_595.jpgParmi l'épisode nous retrouvons aussi les "amours" de J.J Abrams. Eric Kripke doit être amoureux de Lost. On retrouve notamment le fameux ordinateur sous MSDOS ou encore un crash d'avion (c'est l'une des plus grandes passions de J.J). Bref, au fond ce n'est pas complètement mauvais. Je n'ai cependant pas été bluffé. Le tout est là, mais il se passe pas assez de choses mémorables. Toute l'aventure autour du jeune garçon blondinet fils de Ben, (dont j'ai déjà oublié le nom) et qui fait des crises d'asthme (la scène dans le vieux camping car rouillé était d'un ennui terrible) a son potentiel d'intérêt mais j'ai cette sale impression que l'on veut rien nous dire. Sans compter sur Grace, ce personnage assez intriguant qui lance la suite de la saison avec son vieux ordinateur planqué. Au final, Revolution manque de surprises et reste là où l'on attend ce premier épisode. Je suis donc assez déçu qu'il n'y ait pas plus d'ambition et surtout que l'on nous plonge tout de suite 15 ans plus tard sans que l'on ne puisse apprécier les conséquences directes de ce phénomène.

Note : 6/10. En bref, il y a derrière Revolution une série ambitieuse qui définie assez moyennement ses bases. Le tout manque parfois de rythme et de passion, mais il n'en reste pas moins intriguant et bourré de mystères. C'est sur la longueur que l'on pourra juger d'un peu plus près Revolution.

Commenter cet article

carine 29/09/2012 10:27


Moi aussi je suis déçue, mais plus à cause du choix des acteurs que je trouve vraiment très mauvais.


Avec dans le top 3 des pirs acteurs : celle qui joue Charlie (aucune émotion et méga molle), l'oncle (non mais cette scène de combat hyper cheap m'a fait tellement rire...c'était ridicule) et
loverboy.


je suis une grande fan des séries que JJ abrams touche de près ou de loin, et je m'attendais à mieux.


Après ce n'est que le pilot, je vais continuer à regarder, surtout que d'un point de vue personnel je suis persuadée qu'un jour on sera en pénurie d'électricité et moi aussi ca m'obsède que toute
notre société soit dépendante de l'électricité....

Benjamin 18/09/2012 17:29


J'attendais ta chronique avec impatience, la voici.


Déjà premièrement, je comprends ta frustration de ne pas retrouver Elizabeth Mitchell une fois l'univers post-apocalyptique installé. J'étais dégouté, je m'attendais à la voir beaucoup plus.


A mon avis, la série sera agrémentée de nombreux flashback tout au long de la saison. Je pense que pas mal de choses seront exploités par la suite.


Contrairement à toi, j'ai trouvé que le tout sonné un peu trop rapide. L'impression parfois de voir l'épisode en accéléré. Mais je suis rassuré de voir qu'ils nous en jettent pas plein le vue dès
le départ, ils faut bien qu'ils gardent des choses à nous raconter.


Enfin bref, triste de ce dire que la série est vouée à l'échec. Il faut être réaliste, ce genre de show ne fonctionne plus de nos jours. Cela ne m'enpêchera pas de visionner la suite avec
intêret.


Benji...

sabrina 06/09/2012 00:04


Je ne suis pas décue, j'ai vraiment aimé cet épisode.


Il a tous les ingredients pour que l'histoire promette des rebondissements inattendus. On retrouve des personnages complexes: comme dans Lost tout le monde n'est ni blanc ni noir.


Loverboy par exemple: un coup il dénonce Oncle Miles et 5 minutes après il sauve les fesses de Charlie. Et que dire du pote de Miles: Bass, aka Sergent Monroe. Mais d'ou il sort celui la. C'est
comme le Chef de la milice, lui c'est le genre à t'etonner à l'épisode 21 ou 22 en retournant sa chemise et en aidant nos amis à s'en sortir.


Ca me fait penser au père de Sidney dans Alias, avant, elle croyait que son père n'était qu'un mec ordinaire, puis elle a cru qu'il etait mechant, puis elle a decouvert qu'il était agent
double...


Le truc avec ce genre de série, c'est que évidement il faut du rebondissement mais il ne faut pas non plus épuiser le téléspectateur avec des retournement incessants qui pousseront les gens a
abandonner un show trop compliqué.


C'est pour ça que je ne suis pas d'accord avec toi sur le rythme et les intrigues. On fini l'épisode avec pas mal de questions et un cliff qui donne carrement envie d'en savoir plus. On a aussi
une bonne utilisation des personnages. En ce qui concerne le personnage de Charlie, je n'ai pas spécialement accrocher non plus pour l'instant mais justement ça sera interressant de la voir
évoluer. Deja la mort de son pere lui a mi du plomb dans les ailes, la suite est de bon augure.


 


Je suis ravie !

delromainzika 05/09/2012 22:54


Alors pour les bastons... mouais. Ca va, ca reste classique. Il n'y a rien à dire sur le sujet de bien passionnant :)

KNIGHT 05/09/2012 22:43


Allons allon allons... Flash-backs !! Elizabeth Mitchell n'a certainement pas été engagée pour retourner des scènes simplement dans le Pilote (pour rappel, Andrea Roth avait dans un 1er temps été
engagée), à mon avis, on ne va cesser de voyager entre les périodes pré-Grande extinction et post-Grande extinction. Et avec une ellipse de 15 ans à exploiter, il y a de quoi faire !


Pas un mot sur les bastons ??