Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : Stretch, action avec chauffeur

29 Décembre 2014 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critique Ciné

Critique Ciné : Stretch, action avec chauffeur

Stretch // De Joe Carnahan. Avec Patrick Wilson, Ed Helms et Jessica Alba.


Produit avec seulement 5 millions de dollars, sorti uniquement en SVOD aux Etats-Unis, Stretch est le dernier né de Joe Carnahan, producteur télé à succès à qui l’on doit The Blacklist et réalisateur connu pour des films comme Mise à Prix ou encore Le Territoire des Loups. Il y avait une idée intéressante derrière ce petit Stretch, en plus de réussir des acteurs que le réalisateur a déjà côtoyé par le passé : Chris Pine et Ray Liotta dans Mise à Prix, Patrick Wilson dans L’Agence Tout Risques et James Badge Dale dans Le Territoire des Loups. Le tout est tout de même assez foutraque dans son ensemble, fonctionnant grâce à la bonne humeur qui semble régner chez les personnages mais rien de plus. Il n’y a donc pas grand chose qui sort réellement du lot, piochant à droite et à gauche dans tous les films qui ont pu inspirer le réalisateur et dans tout ce qu’il a déjà pu faire par le passé. S’il n’y a donc rien de bien original dans Stretch c’est avant tout par rapport à son très petit budget et ce qu’il arrive à faire à l’écran qui est assez intéressant. On s’amusant, on peut se dire que la fête est plus folle et je pense que c’est aussi ce qui permet de réellement passer un agréable moment. Le fun est le maître mot de l’histoire, ni plus ni moins.

Quand un chauffeur de limousine réalise qu'il ne lui reste plus qu'une nuit pour se procurer l'argent dont il a besoin pour rembourser une énorme dette, c'est la panique : le voilà prêt à tout pour trouver la somme. Cette nuit-là, il a pour client un milliardaire reclus doué de bien étranges appétits. Qu'importe : le chauffeur fera tout pour satisfaire ses moindres désirs. Plus la nuit avance, plus ils font des rencontres dangereuses. Il se pourrait bien que ce curieux client soit son dernier...

Joe Carnahan a donc probablement voulu nous faire partager l’un de ses propres délires avec Stretch. On retrouve d’ailleurs un peu de l’ambiance de l’excellent Mise à Prix sans pour autant l’égaler. Notamment car ce qu’il y avait de réellement intéressant dans Mise à Prix c’est sa capacité à se moquer de tous les codes afin de terminer le film dans un feu d’artifices jouissif. Je m’en souviens encore comme si c’était hier et je dois avouer que c’est un film qui me marque encore comme un film maîtrisé et très réussi. Mais cela ne veut pas pour autant dire que dans sa façon de s’auto-copier, Joe Carnahan ne fait pas quelque chose de sympathique. Car oui, Stretch c’est le typique divertissement dominical dont tout le monde a bien besoin pour se reposer un peu. C’est en tout cas comme ça que je le ressens et je ne pouvais pas en attendre moins de la part de ce film. Bien au contraire. Ce que je me demande cependant c’est dans quelle direction ils voulaient réellement aller car le scénario n’a pas réellement de sens si ce n’est une direction générale pour tous les personnages. Le gros bordel est d’ailleurs encore une fois très proche de ce qui avait déjà été fait avec Mise à Prix où l’on suivait plusieurs personnages qui allaient par la suite se rencontrer dans une série de moments d’action aussi jouissif que parfois grotesque.

Mais ce n’était jamais fait dans le mauvais sens alors qu’avec Stretch je reste très septique. Il y a des références qui sont réussies, je pense par exemple à celle autour de Ray Liotta ou encore toute cette histoire où notre héros raconte qu’il n’a jamais eu un rôle dans CSI Miami, simplement car il n’était pas dans le truc et ne vivait pas suffisamment le rôle. La critique hollywoodienne qu’il y a derrière mord cependant un peu la poussière. On ne sait pas trop dans quelle direction le film veut aller et même si ce n’est pas forcément dérangeant au premier abord, cela peut le devenir quand le film ne sait plus vraiment quoi faire pour se renouveler et que l’on ressent quelques longueurs. Car oui, dans sa façon d’introduire par exemple Stretch met énormément de choses à plat et l’on met derrière bien trop de temps à les décortiquer. Ce n’était pas nécessaire et cela alourdi un film qui aurait probablement gagné à être encore un peu plus concentré dans le feu de l’action. Car l’histoire de ce chauffeur est très simpliste et n’avait donc pas besoin d’autant d’explications. Je reste donc septique quant à ce que Stretch est réellement mais bon, je n’ai pas non plus trouvé ce film détestable. C’était juste presque trop prévisible pour du Joe Carnahan.

Note : 5/10. En bref, décevant mais je reste indulgent face au budget limité et maîtrisé.

Date de sortie : Directement en DVD

Commenter cet article