Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : American Horror Story : Freakshow. Saison 4. Episode 10.

20 Décembre 2014 , Rédigé par delromainzika Publié dans #American Horror Story

Critiques Séries : American Horror Story : Freakshow. Saison 4. Episode 10.

American Horror Story : Freak Show // Saison 4. Episode 10. Orphans.


Je dois avouer que je suis déçu et c’est en grande partie car j’ai été spoilé. On m’a plus ou moins parlé Sister Mary Eunice et je m’attendais donc à voir au moins l’actrice dans la série. Pire, j’ai eu le personnage, confirmant le spoile. Cependant, il y a un problème j’ai l’impression qu’il y a une gestion assez mauvaise de la timeline car Pepper était dans Asylum et étant donné que Lily Rabe aka Sister Mary Eunice a pris la place de Sister Jude en cours de saison et que Pepper était déjà présent depuis le début de la saison. Sans compter que l’on a l’impression que Sister Mary n’est pas complètement empruntée du démon qui la possédait et il n’y a pas vraiment de raccord fait sur Elsa Mars qui est une star, qui fait la Une de Life Magazine mais qui ne fait pas tiquer celle qui dirige les lieux où il y avait tout de même Sister Jude. J’aime bien l’idée que les saisons soient connectées, c’est une façon assez intelligente de le faire en plus mais j’aurais peut-être apprécié que cela soit fait de façon légèrement différente. Je reste cependant assez surpris de l’ouverture de l’épisode où l’on nous raconte l’histoire de Pepper, comment il est arrivé dans le Freak Show et ce que cela a amené par la suite. C’est tout de même assez fascinant d’autant plus que les scénaristes ont tout de même réussi à intégrer Asylum dans Freak Show (bien que pour le coup cela soit l’association la plus logique à faire).

Cela permet aussi de faire le lien avec les périodes. Ce n’est bien évidemment par la même période en termes de temps dans Freak Show que dans Asylum (ou en tout cas pas exactement). Si American Horror Story a toujours été présentée comme une série avec des saisons indépendantes les unes des autres, rien n’empêche de faire des connexions entre les saisons et c’est ce qui est fait avec cette saison-ci. La connexion aurait pu être ridicule mais elle ne l’est pas du tout. C’est même d’une fluidité déconcertante si l’on ne fait pas vraiment cas de ce qui semble être pour moi une facilité et grosse incohérence scénaristique. Le but est avant tout de voir Asylum dans American Horror Story et l’on ne peut pas mettre Sister Jude dedans étant donné que Elsa Mars dirige le Freak Show et que cette dernière est incarnée par la même actrice. Cela aurait été étrange de voir des jumelles. Je dois avouer que retrouver Lily Rabe m’a fait beaucoup plaisir, d’autant plus dans une saison qui a montré ses faiblesses. En effet, la saison 4 avait beau débuté sur les chapeaux de roues, elle s’est peu à peu effritée. Je ne dis pas qu’elle est devenue ridicule mais disons que cela aurait pu être fait de façon légèrement différente, peut-être en apportant un peu d’horreur dans le tout. Car c’est clairement ce qui manque, peut-être un nazi sadique…

Mais non, American Horror Story ne fait pas de telles choses car ce n’est plus la série d’horreur que l’on nous a présenté au départ. C’est maintenant une série plus métaphorique et fantasque qu’autre chose. Le problème de cet épisode est probablement que Asylum est un peu trop dans une ambiance de nostalgie. On a presque envie de ne pas revoir Freak Show après avoir revu Sister Mary Eunice. James Wong fait tout de même un joli épisode avec tout ce qu’il a sous les mains. Ce n’est pas parfait mais cela a ses petits moments et ses bonnes surprises. On retrouve aussi un peu ce que James Wong a pu faire pour Ethel mais cette fois-ci avec Pepper. Une narration qui se répète dans une série qui n’a de cesse de bousculer sa propre narration ? Cela aurait pu être un véritable problème sauf que ce n’est pas du tout le cas. Je dirais même que les scénaristes se montrent suffisamment intelligents pour éviter de nous donner l’impression que American Horror Story n’a de cesse de faire encore et encore les mêmes choses. Sauf que la saison tourne en rond et ça, cela se ressent énormément. Peut-être encore plus dans cet épisode qui ne fait pas avancer quoi que ce soit de l’histoire mais qui surtout cherche à nous rendre nostalgique d’une ancienne période de la série.

Note : 6/10. En bref, l’épisode n’est pas mauvais mais il démontre une fois de plus les faiblesses de la saison. Dommage.

Critiques Séries : American Horror Story : Freakshow. Saison 4. Episode 10.

Commenter cet article

Rem 22/12/2014 16:57

Cet épisode est à part ! Il ne fait peut-être pas avancer l'intrigue principale mais je trouve pourtant que c'est un des meilleurs de la saison. Comme quoi les goûts et les couleurs...
Soeur Mary-Eunice n'est pas encore possédée lorsque Pepper arrive à Briarcliff. Il n'y pas d'incohérence à ce niveau là. Vous devriez revoir votre critique.

devis serrurier paris 21/12/2014 01:35

J'apprécie votre blog , je me permet donc de poser un lien vers le mien .. n'hésitez pas à le visiter.

Cordialement

Enfant 21/12/2014 00:40

Mais ?? Bon c'est pourtant pas très compliqué... Ils mettent en plus clairement les dates
Pepper a été présentée à Mary Eunice avant les événements de 62 (période Asylum), M-E est donc pas encore possédée comme on assiste à sa possession épisode 2 ou 3 de Asylum et on sait que Pepper était déjà là avant comme on l'a voit dés le premier ep de Asylum, donc tout à fait normal qu'elle soit encore "normale". Ensuite il y a un bon en avant de la période Freak Show car Pepper de son côté à ses problèmes avec sa soeur et donc on voit ensuite le magasine Time 1958 qui montre que Elsa Mars a réussi à percer à Hollywood après la période Freak Show...
Pour ce qui est du détail Jude qui ressemblerait à Elsa ben c'est un détail, c'est avant tout l'histoire+ que le fait que ça soit joué par la même actrice.. puis au passage dans la série Elsa et Jude se ressemblent pas trop quand même, 'fin bref je pense qu'on peut trouver des incohérences mais pas des aussi grosses