Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Grandfathered. Saison 1. Episode 2.

2 Novembre 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Grandfathered

Critiques Séries : Grandfathered. Saison 1. Episode 2.

Grandfathered // Saison 1. Episode 2. Family Fun Day.


Grandfathered fonctionnait lors de son premier épisode, surtout par rapport au fait qu’il y avait un peu de Full House dedans. Et puis ce second épisode cherche à donner une personnalité un peu plus forte à la série, se détachant ainsi légèrement de l’univers inspirant pour faire quelque chose d’assez inspiré. Je ne suis toujours pas bluffé par Grandfathered pour autant mais étrangement, je trouve que cette série fonctionne plutôt bien car elle apporte un peu de tendresse, un peu d’humour et un John Stamos que je n’avais pas vu aussi en forme depuis un sacré bout de temps. Même dans Glee j’avais souvent un peu de mal avec lui. « Family Fun Day » est donc un second épisode assez solide et pas seulement pour Jimmy. Heureusement que Jimmy n’est pas le seul intérêt de cet épisode car sinon je pense que j’aurais été particulièrement déçu. Après avoir surpris Jimmy par la nouvelle qu’il a appris dans l’épisode précédent, cet épisode cherche à démontrer que ce n’est pas facile de changer, surtout quand le changement opéré doit être important. Il faut donc des étapes et c’est ce que tente de mettre en scène ce second épisode. Jimmy n’est pas encore le grand père parfait car il ne peut pas encore totalement accepter le fait qu’il est grand père.

Avec cet épisode, Jimmy a surtout l’occasion de passer du temps avec Gerald alors que ce dernier le surprend avec des plans le premier voyage familial à la plage. Tout le monde va à la plage en famille sauf que les « démons » de Jimmy refont très rapidement surface jusqu’à ce que Gerald parvienne à mettre Jimmy face à ses actes à la fin de l’épisode. J’ai beaucoup aimé cette façon que Daniel Chun a de manier les personnages et l’histoire qu’ils racontent. Ce n’était pas donné mais je suis ravis du résultat. Cela va de pair avec des personnages comme celui de Sara incarnée par Paget Brewster. Cette dernière est vraiment un bon personnage auquel je ne m’attendais pas nécessairement quand Grandfathered a débuté. C’est aussi un épisode qui parvient à raconter une belle histoire, une belle leçon non pas pour des enfants mais pour des adultes. Car l’histoire de Jimmy est celle d’une prise de conscience de son âge alors que l’on ne veut pas l’assumer. Assumer son âge ce n’est pas si facile que ça. Il n’y a pas forcément de grandes blagues dans ce nouvel épisode de Grandfathered et c’est peut-être l’une des plus grosses erreurs de la série, présentée comme une comédie.

Du coup, plutôt que d’être à sa « white party », Jimmy va rejoindre sa famille à la plage pour une journée en famille. Car c’est ça la morale, de toujours être derrière sa famille car l’on n’a pas toujours la chance d’en avoir une. C’est une belle leçon et une morale peut-être un peu plus originale que l’on n’aurait pu l’imaginer. Je ne m’attendais pas forcément à ce que Grandfathered me séduise mais finalement je crois que je suis un peu ensorcelé. La série demande encore à être un peu plus folle et surprenante mais globalement, le mix fonctionne car il y a énormément de choses différentes qui sont développées et qui fonctionnent elles aussi très bien. John Stamos est pile poil le genre d’acteur parfait pour ce genre de rôles. Finalement, Grandfathered est une comédie pleine de charme. Elle ne fait pas sensation, pas de vague, mais elle me rappelle un peu ce que j’avais déjà vécu avec d’autres comédies familiales de chez FOX comme Ben & Kate, ce côté pas forcément hilarant mais toujours tendre et touchant. Car c’est une série pleine de tendresse qui trouve justement son charme dans cet élément important de sa structure. Dommage aussi qu’il n’y ait pas de caméo de Full House (même si cela aurait donné encore plus envie au téléspectateur que je suis de penser à la référence à Full House que cette série peut représenter).

Note : 6/10. En bref, le charme de Grandfathered continue d’opérer.

Commenter cet article