Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Black Mirror. Saison 2. Episode 2.

19 Février 2013 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Crit. Sér. : UK

black-mirror-white-bear-scared.png

 

Black Mirror // Saison 2. Episode 2. White Bear.


Black Mirror nous a toujours parlé d'un futur dystopique et particulièrement déprimant. Chaque semaine nous voyons ce qu'il pourrait arriver dans les années à venir mais que l'on n'aimerait pas qu'il arrive. Un vrai paradoxe. Je me suis douté que cette seconde saison allait s'amuser à prendre en sujet un succès récent en librairie : la saga Hunger Games. Bien que cela soit construit différemment, il y a toujours cette notion pervers de la télé-réalité derrière toutes les horreurs qu'il se passe à l'écran. Contrairement à l'androïde de la semaine précédente, un épisode assez faiblard de la série, celui ci contraste de nouveau avec ce que la première saison avait fait de bien. Nous retrouvons donc une jeune femme qui se réveiller avec un mal de crâne, elle pense s'être suicidé et ne sait plus qui elle est réellement. Elle va donc tenter d'en découvrir plus mais en sortant de chez elle, elle se rend compte que des gens la filme avec leurs téléphones portables et elle se retrouve poursuivit avec des hommes déguisés de façon étrange. Il y a donc plusieurs critiques déjà.

Celle d'une société régit par la vidéo. On ne passe pas une seule journée sans son téléphone et le fait qu'une caméra soit à porter de main nous influence encore plus chaque jour à filmer le monde qui nous entoure, et à l'épier. C'est du voyeurisme. Cela me rappelle REC (la saga cinématographique espagnole d'horreur) où dans le premier film la journaliste disait constamment "N'arrêtez pas de filmer". C'est un peu la même chose que l'on retrouve ici. Mais l'épisode s'amuse également vec d'autres éléments comme les personnages qui pourchassent et aident cette jeune femme. D'un côté nous avons les bourreaux qui semblent là pour rappeler quelque chose à cette jeune femme. On ne sait pas trop quoi, mais en tout cas elle commence petit à petit à recoller les morceaux dans son esprit embrouillé. Et puis nous avons les aides qui sont également là pour distiller des informations. Black Mirror nous offre ici un épisode rapidement confus mais passionnant. On ne sait pas vraiment ce que l'on va voir et moi je dois avouer que tout cela m'excite.
black-mirror-hunger-games-white-bear.pngLes questions que posent cet épisode sont aussi celle de l'éthique du jugement car finalement faire vivre l'enfer à une jeune femme qui a kidnappé avec son petit ami une petite fille c'était quand même assez pervers. Mais dans un sens je suis certain que cela serait quelque chose qui amuserait tout le monde. Faire payer le prix fort à quelqu'un le kidnapping d'une jeune enfant. Je ne suis pas sûr que cela pourrait totalement fonctionné mais Black Mirror parvient à rendre ça particulièrement fun à suivre et surtout palpitant. Je me suis retrouver en plein stresse devant mon téléviseur en ne sachant pas quoi attendre. Pour tout vous dire, j'ai adoré la fin de l'épisode qui nous explique comment tout cela a été orchestré et pourquoi. C'est un peu comme si l'on avait un film et son making of derrière. J'aime bien et j'aurais presque hâte de voir la suite. Enfin, en attendant je suppose que les choses vont évoluer dans une assez bonne direction pour Black Mirror si elle continue de nous offrir des épisodes de cet acabit.

Note : 8/10. En bref, palpitant et fun.

Commenter cet article

Kind Raccoon 27/10/2016 02:58

Tu es un sacré dégénéré toi.

A propos de l'épisode 3 de la saison 3 et du gamin pédophile tu dis :

"On ressent la terreur qu’il y a chez ce garçon jusqu’à ce qu’à la fin de l’épisode on est finalement envie de se dire qu’il a peut-être bien mérité tout cela."

AH BON ???? Il a mérité tout ça juste pour avoir regardé des images pédopornographiques ??? ça mérite de vivre l'enfer et devoir mener un combat à mort à mains nues et finir le reste de ta vie en prison avec l'humiliation ultime de tous tes proches + de te faire violer quotidiennement par les codétenus ?????? Tu es un ***** de malade !!!!
Regarder des photos pédopornographiques ne mérite PAS tout cela !!!
Violer un enfant, peut-être. Regarder une photo, NON, sale malade!!!

Et le pire c'est ce que tu dis à propos de l'épisode 2 de la saison 2 :

"finalement faire vivre l'enfer à une jeune femme qui a kidnappé avec son petit ami une petite fille c'était quand même assez pervers"

AH ?? Comme c'est étonnant !!! le dégénéré qui trouve mérité de faire vivre l'enfer à un jeune adolescent qui a simplement des troubles sexuels et est excité par des enfants et de l'enfermer en prison à vie + humiliation + viol des codétenus dont 70% sont musulmans d'après une étude...
ce même détraqué trouve "assez pervers" de faire vivre l'enfer à une femme QUI A KIDNAPPé UNE PETITE FILLE ET A PARTICIPé A SON MEURTRE !!!!!
elle n'a pas regardé une photo, ELLE A KIDNAPPE ET TUE UNE PETITE FILLE !!! tu vois la différence sale malade ???

donc si je regarde une photo pédopornographique sur internet, JE MERITE DE VIVRE L'ENFER
si je KIDNAPPE ET TUE une petite fille... me faire vivre l'enfer tu trouverais ça pervers...

sale malade c'est toi qu'il faut enfermer et faire violer par les codétenus dont 70% sont musulmans d'après une étude sérieuse

le pire c'est que à l'épisode 3.3 tu mets la note de 3/10 (QUOI????! t'as vu que le mec était pédophile et ça t'a dégoûté c'est ça ? ou alors... NE SERAIS-TU PAS UN PEDOPHILE QUI ESSAIE DE CACHER SA PEDOPHILIE EN SOUS-NOTANT UN EPISODE SUR LES PEDOPHILES ???? t'es démasqué mon gars je crois, t'as pas été discret !!)

et à l'épisode archi-nul 2.2 avec la black et la morale gauchiste et hyper ennuyant... TU METS 8/10 !!!!!

mais bien sûr mec

le super épisode 3.3 : 3/10
l'épisode nul 2.2 : 8/10

bah j'espère que tu seras jamais professeur parce que si tu devais noter les élèves ce serait une véritable SHOAH avec des chambrez à gaz (si jamais elles ont existé mais j'en dirais pas plus à toi de faire tes recherches sur des vrais sites d'information)

en plus si t'es prof je devine déjà ce que tu vas leur faire à tes élèves... HEIN MONSIEUR "j'aime pas les pédophiles et je leur mets 3/10 pour pas me faire démasquer" ;)

t'es le seul sur la planète à avoir mis 3/10 à ce super épisode sur les pédophiles !!!! le seul !!! mec t'es comme KENNY dans l'épisode, t'es tout rouge et t'es en PLS parce que je t'ai démasqué !!!!! ferme bien la porte !! j'espère que t'aimes les gâteaux KENNY !

brandon 02/11/2016 13:42

Alors on a pas pris ses pilules Kind Raccoon ?

Faut retourner à l’hôpital psychiatrique maintenant ! T'as besoin de soins ;)

Jean Sanson 07/05/2016 04:40

Bonsoooir !

Alors, tout d'abord je viens pour livrer une lecture que j'ai fait de l'épisode, qui est le premier que je vois de cette série (les épisodes ne se suivant pas si j'ai bien compris). J'ai surkiffé l'épisode, vraiment excellent. Je n'étais pas hyper convaincu au début et mais le retournement final pète tout. (D'ailleus je vais spoiler toussa).
Bon, parlons en du retournement final: qu'apprend on ? La fille est apparemment condamné pour avoir (en gros) participé à des violences faites sur une petite fille enlevée. Elle est donc condamnée à revivre toujours un seul et même cauchemar (celui que l'on a vécu, nous spectateur, avant la révélation). Ce cauchemar prend la forme d'une mise en scène, montée de toute pièce par une équipe de comédiens représentant la justice "white bear justice" et des spectateurs pour filmer.

Pour ce qui est des choses intéressantes, l'épisode invoque plusieurs thématiques éthiques:
la pornographie (façon de parler) du lien entre la vidéo et la vie privé, ainsi que la cruauté que peut avoir une "justice". Tout ceci prend la forme d'une dystopie mêlant une justice/téléréalité/Social-glauque.

Une analyse (beaucoup) plus développé ci dessous:
Premièrement, on remarque que le cauchemar de la fille (qu'on appellera "l'héroïne") cache un cauchemar bien pire encore qui se révèle être la réalité. Pour moi, je pense qu’on peut développer une réflexion à partir de ce point. Il me semble que l’épisode cherche à révéler les mécanismes de la dénonciation par la mise en scène (et donc le cinéma, le théâtre voir le livre etc..).
Reprenons, la fille arrive dans une réalité ultra cruelle, ou tout le monde est manipulée et cherche à la buter et/ou à la filmer se faire buter. Bref après moultes péripéties elle se rend compte qu’elle a participé sans le savoir à un espèce de show ou tout n’était que de la mise en scène. Elle a vécu un cauchemar, celui d’un monde zombifié régit par la folie et la violence, qui n’était qu’une mise en scène cachant un autre cauchemar, celui d’une justice immoral, cruelle et vengeresse.
Parlons maintenant du sort de « l’héroïne » et surtout de la place du spectateur dans tout ça. En arrivant dans l’épisode, nous sommes au même point que la jeune criminelle, nous ne savons rien de ce qu’il se passe, ce qu’elle fait la etc.. On sait juste une chose, c’est vraiment très très glauque. Par identification, le spectateur « vivra » les émotions du personnage, ainsi: l’expérience du spectateur, ce qui le maintient dans l’épisode, c’est l’angoisse générée, c’est la volonté de detruire toute cette horreur et ce sont finalement plus ou moins les mêmes choses que l’héroïne. On arrive complètement neutre et on subit les violences, jusqu’à la révélation finale, ou on se rend compte que toute l’expérience d’angoisse de la jeune fille n’était qu’une mise en scène, qu’une illusion. (attention ça devient vertigineux) Une illusion cachant une réalité extrêmement cruelle. Laissant sur le cul, à la fin de l’épisode.
Pourtant, si on se considère nous, spectateur, dans la réalité vraie du monde véritable, cette révélation n’est qu’une illusion, n’est qu’une mise en scène que nous offre (entre autres) Netflix. En bref, l’épisode est une illusion qui met en scène une illusion, en nous en révélant ses mécanismes. Et la ça devient intéressant. Et-ci, par extension, l’épisode ne nous révélait pas les mécanismes de l’illusion dans l’art: on vous fait croire à une réalité qui n’est pas celle dans laquelle vous vivez, mais vous l’oubliez, vous prenez part à l’illusion le temps d’une mise en scène (on appelle ça le « pacte fictionnel » je crois). Voyons les choses un peu plus loin, si on prend en compte la cruauté de l’épisode, et des thématiques dystopiques de BlackMirror, peut être qu’il s’agit la de révéler les mécanismes de la dénonciation par l’illusion ! Il est clair que le point de vue du spectateur est celui du personnage principal (sensation angoissante, panique, incompréhension). En sortant de l’illusion le personnage principale est choquée de la cruauté de sa réalité et le spectateur l’est donc aussi (quand bien même si il s’agit de justice). Le fait de s’être rendu compte de l’illusion nous a fait prendre du recul face à la cruauté du « vrai monde » de l’épisode. Ainsi, voilà ma théorie: et si Black Mirror cherchait à nous montrer que les terribles histoires qu’ils nous racontent permettent de dénoncer, que l’illusion permet de prendre du recul face au monde réel et ainsi nous fournir un esprit critique plus aiguisé.
Autre chose (qui me chiffonne) pour appuyer cette théorie: ce n’est que de la supposition mais rien ne nous prouve que la « l’héroïne » a vraiment tuée la fille: on ne voit jamais sa tête sur les vidéos et surtout l’endroit ou se déroule cette peine s’appelle « white bear justice » (sachant que l’histoire de l’ours blanc est normalement rattachée à la petite fille morte) comme ci le parc avait été spécialement conçu pour ça, comme ci le meurtre de la petite fille et la notion de justice était également une mise en scène.. Je dis que cela appuie ma théorie puisque l’illusion cacherait une réalité encore beaucoup plus cruelle.

delromainzika 04/11/2013 22:01


@Pouni : Bonjour très cher,


D'une part, je ne me suis jamais clamé roi de la critique alors pas besoin de prendre un ton aussi méchant et méprisant.


D'autre part, je n'appelle pas ça des fautes d'orthographe mais d'innattention étant donné que je n'ai jamais le temps de relire mes textes. Sinon, je ne pourrais même pas donner mon avis sur la
moitié des séries que je commente chaque jour. Et puis ce n'est pas non plus "bourré" de fautes comme tu sembles l'insinuer vil fripon.


Et je me permets de juger du travail d'un autre oui, malheureusement pour toi. Et je ne compte pas m'arrêter là. Je suis un simple téléspectateur qui écrit ses impressions sur ce qu'il voit.


Mais dans le genre troll, tu es une évolution un poil au dessus tout de même, tu as aussi donné ton avis sur l'épisode. Pour cela, tu mérites des applaudissements et une mention spéciale du jury,
composé de moi-même.


 


P.S. : "Bisous de moi".

Pouni 04/11/2013 21:54


Je vais effectuer une critique de cette critique:


Bloc de texte bourré de fautes d'orthographe. Avant de juger le travail d'un autre, il serait bienvenu de juger le sien auparavant. Pour ma part, j'ai trouvé cet épisode chaotique et dénué de
sens...

delromainzika 20/02/2013 09:43


Oui c'est un semi pléonasme :)