Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Lazy Company. Saison 2. BILAN (France).

17 Mai 2014 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critiques Séries

visuel_jeep3.jpg

 

Lazy Company // Saison 2. 10 épisodes.
BILAN


La première saison de Lazy Company était fun et folle. Les scénaristes de cette série sont bourrés d’imagination. En tout cas, la seconde saison est bien plus réussie encore. Dotée de meilleurs moyens et d’intrigues variées, ces dix épisodes enchainent aussi bien les références que les grosses poilades sans queue ni tête. Car le but de Lazy Company n’a jamais été d’être fidèle à la réalité. Quand j’avais découvert la série l’an dernier grâce à la sortie DVD de la série, je ne savais pas du tout à quoi m’attendre. J’avais donc investi sans trop avoir d’idée de ce que je pouvais voir dans une série comme celle-ci et puis rapidement je ms suis rendu compte que le gros délire était tout simplement jouissif. Cela me rappelait même énormément Danger 5, une série australienne que je n’avais pas totalement aimé. Notamment car elle n’était pas complètement réussie. Ce qui fait la grande réussite de Lazy Company c’est qu’elle se permet toutes sortes de références (les films de zombies, Massacre à la Tronçonneuse, etc.). Plus les épisodes passent et plus l’on a envie d’enchaîner. C’est rare mais c’est une brillante comédie qui associe du bon comique de situation avec des dialogues savoureux. Cette série c’est la preuve que la France a énormément de talent du point de vue des séries.

La France ce n’est pas celle de TF1 qui aseptise tout ce qu’elle peut produire (même si certaines de ses productions peuvent être particulièrement bonnes comme Falco ou encore Profilage). Ce qu’il y a de jouissif avec Lazy Company c’est que cette série se permet toutes les digressions possibles. Que cela soit du point de vue de l’histoire ou encore des personnages. Le personnage le plus emblématique de Lazy Company c’est certainement Hitler. En lui on peut voir tout ce que cette série est et réussie à être. Le personnage est ridiculisé à souhait (tout comme d’autres figures de l’histoire d’ailleurs) mais c’est peut-être ce qui rend le tout aussi intéressant. On a des personnages qui ne cherchent pas à nous raconter quelque chose sérieusement mais bien au contraire, à nous raconter quelque chose de façon amusante. L’histoire de la Seconde Guerre Mondiale on la connait tous et puis c’est un sujet qui a déjà donné lieu à tellement de films. Du coup, les créateurs de la série se sont donné comme but de s’inspirer de tout ce qu’ils peuvent trouver afin de raconter des petites histoires. Que cela soit des histoires de combat ou encore des histoires d’amour.
lazy-company-photo-52a0ceb8f2959.jpgL’ouverture de la saison est un clin d’oeil à How I Met Your Mother avec l’idée d’un flashforward. Ce dernier permet donc de poser plus ou moins le point de départ d’une saison qui promet d’être par la suite beaucoup plus sombre (même si elle s’achève plus ou moins sur quelque chose d’assez beau : un mariage). Il y a encore tellement à faire avec ces bras cassés. Nous allons faire la connaissance de tout un tas de nouveaux personnages dans cette saison. A commencer par Magaret Sanders, une nouvelle générale qui se permet tout, même de fesser ses soldats. D’ailleurs, la scène est l’une des plus drôles que j’ai pu voir durant toute la saison. Elle est simple et bien loin de l’humour que tente de procurer Lazy Company au travers de ses scènes outrancières. Le comique outrancier n’est pas nécessairement une mauvaise chose surtout que la série trouve généralement un vrai équilibre là dedans. Cela passe par des épisodes originaux comme cet épisode en noir et blanc qui fait déjà écho à l’épisode en noir et blanc de la première saison. Cela permet de bâtir des liens entre les personnages et dans leurs relations. Dans les personnages nous avons aussi Albert Einstein.

Il y a là aussi de sacrées scènes avec ce savant fou (la meilleure est peut-être celle de la bombe). Retenu prisonnier par les nazis il va être forcé de créer une bombe atomique (bombe qui ne va finalement pas exploser comme on pouvait s’y attendre puisque d’un point de vue purement historique cela n’aurait pas été juste). La série ne reste pas non plus coincée dans l’époque qu’elle dépeint. Bien au contraire, nous avons donc tout un tas de références faites à notre temps et les dialogues sont également très proches de ce que l’on peut dire au quotidien. Le fait que cette seconde saison exploite à fond son histoire permet aussi de suivre le tout goulument. On a donc des intrigues avec cliffanghers qui donnent envie de revenir chaque semaine afin de voir la suite. Je pense notamment à ce double épisode « Reich Party » qui clôture la saison de façon époustouflante. Du début à la fin cette fête va être l’un des rayons de soleil de cet épisode. C’est du grand n’importe quoi mais du bon n’importe quoi. La série est une réussite en tout point et pas seulement que du point de vue du scénario ou des dialogues. Il y a aussi le casting au poil, la mise en scène inspirées (Tarantino notamment) et puis la bande son.
31-Mars-2014-sur-OCS-Lazy-company-640x360.jpgMais je crois qu’il n’y a pas vraiment de reproche à faire à Lazy Company si ce n’est que la saison 3 qui est en cours d’écriture pourrait bien être la dernière puisqu’elle se concentrera sur la fin de la guerre. Alexandre Philip et Samuel Bodin, les deux créateurs de Lazy Company ont réussi à donner à leur série l’impression que celle-ci peut tout dire sans retenue (et c’est le cas). C’est appréciable de voir des séries françaises aussi décoincées. La première saison hésitait par moment, notamment au début, avant de terminer dans un goubiboulga jouissif. La saison 2 c’est proche de la seconde partie de la première saison, un savoureux mélange de choses et d’autres qui en plus de ça collent toutes très bien ensemble. Cela aurait pu être complètement raté mais en plus de nous faire rire la série parvient à nous attacher aux personnages. C’est fou même si Samuel Bodin a une explication à ce sujet : « En allant vers un côté plus dramatique, on s'inquiète davantage pour les personnages. Plus ils seront face à des situations compliquées, plus on va être avec eux. Et quand ils vont glisser, on va rire d'autant plus. ».

Note : 8.5/10. En bref, une seconde saison fabuleuse.

Commenter cet article