Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : The Office. Saison 8. Episode 24. Free Family

11 Mai 2012 , Rédigé par Ca Déborde de Potins, by delromainzika Publié dans #Critiques Séries

family-portrait-offer_534x356.jpg

 

The Office // Saison 8. Episode 24. Free Family Portrait Studio.

SEASON FINALE


S’achève une année difficile à Dunder Mifflin Scranton. Une année sans Michael Scott. Autant dire que c’est avec beaucoup de hargne que j’ai du me battre avec moi-même pour tenter d’apprécier cette nouvelle mouture. Un reboot tantôt réussi, tantôt raté, tantôt drôle, tantôt pas drôle. Il y a eu de bonnes idées cette année dans The Office, toutes n’étaient malheureusement pas les bonnes. Notamment James Spader dans le rôle de Robert California qui s’en va dans cet épisode et laisse les clés de Sabre à… David Wallace, avec qui Andy avait fait une alliance à la fin de l’épisode précédent afin de reprendre sa place de manager à Nellie. Le problème de Robert, même si il a été drôle durant quelques épisodes (notamment la petite sauterie chez lui, ou encore l’épisode de Noël, sans compter certains moments où il prend ses employés pour de grands gamins), c’est qu’il n’a jamais su imposer son style au sein de la série. Je n’ai pas retrouvé la « patte » Spader. J’attendais beaucoup de lui dans la série, et il m’a déçu. L’an dernier on avait le choix, et je rêve encore de Jim Carrey dans le rôle titre, vous n’avez pas idée comment.

 

Ce dernier épisode était hilarant. Oui. Cela faisait un bon bout de temps que je n’avais pas autant ri devant un épisode de The Office. Du coup, j’étais forcément plus que joyeux à l’idée de retrouver mes personnages préférés dans des situations rocambolesques. La trame générale de l’épisode qui donne son nom à l’épisode n’avait rien de bien excitant pourtant. Mais ce sont toutes les petites choses qui gravitent autour qui seront drôles. Notamment le cold open où Oscar tente de parler aux jeunes gays via sa webcam. Sauf qu’évidemment tout le monde va se moquer de lui. Le plus marrant reste sûrement le coup de boule de Robert à Kevin. Un moment de grande hilarité. Je ne vous explique pas mon état à ce moment là. Je n’en pouvais presque plus. Ensuite il y a Andy qui supplie Nellie pour avoir un job. Là encore c’était très drôle. Andy était pour une fois tout sauf chiant, il était amusant. J’ai beaucoup ri également avec Andy à la fin de l’épisode quand il prend enfin le dessus sur Nellie et les autres. The Office aurait pu mieux réussir cette nouvelle saison c’est certain mais j’ai l’impression qu’il y a une certaine volonté de faire table ras du passé et de reprendre à zéro l’an prochain. Des erreurs ne peuvent pas être refaites s’ils veulent sauver en long et en large la série.

0510theoffice_jpg_627x325_crop_upscale_q85.jpg

Jim et Pam auront eux aussi leur petit moment, mais c’est devant l’objectif. Le reste du temps, ils ne sont qu’anecdotique. Enfin, la dernière intrigue de cet épisode c’est Dwight qui tente de faire un test de paternité afin de savoir si l’enfant d’Angela est vraiment celui du sénateur ou bien… le sien. On ne connait pas le résultat pour le moment, ce qui permet sûrement de relancer la série la saison prochaine avec un potentiel couple Angela / Dwight. Je ne suis pas spécialement pour (je les adorais quand ils se retrouvaient dans la réserve pour s’adonner à leur contrat. Le sénateur apparait également maintenant comme ouvertement gay auprès d’Oscar. Je ne sais pas si Jack Coleman sera de retour l’an prochain, mais pourquoi pas. Son personnage peut être cool à défaut d’être marrant. Il a apporté une certaine stabilité familiale à la saison. Au final, cette dernière saison de The Office s’achève sur une note d’optimisme pour l’an prochain et surtout avec une certain volonté de faire de nouvelles choses l’an prochain (Nellie éjectée, Andy de nouveau à la tête du bureau mais toujours aussi pathétique, David Wallace en CEO de Sabre, un potentiel couple Angela / Dwight, …).

 

Note : 7/10. En bref, une fin sympathique pour une saison assez cataclysmique.

Commenter cet article