Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Hannibal. Saison 2. Episode 6. Futamono.

13 Avril 2014 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critiques Séries

vlcsnap-2014-04-12-13h52m20s145.jpg

 

Hannibal // Saison 2. Episode 6. Futamono.


Cet épisode était vraiment excellent. Je sais bien que je suis toujours séduit par un nouvel épisode de Hannibal et que les deux épisodes précédents étaient brillants mais je ne sais pas pourquoi, en sortant justement des deux épisodes précédents, Hannibal a réussi à faire quelque chose de tout aussi intéressant et fascinant. Les personnages sont tellement bons et puis il y a un sens aigu de la mise en scène, du choix de la musique (ce petit passage sur orgue à la fin de l’épisode était magnifique), des dialogues méticuleusement préparés, du jeu des acteurs et notamment de Mads Mikkelsen. Je crois que dans toute l’histoire de Hannibal, la série n’a jamais été aussi proche de montrer le vrai visage de notre anti-héros au monde entier. Je ne m’attendais cependant pas du tout à ce que la série associe Hannibal avec Alana. C’est un couple assez controversé mine de rien mais cela va permettre au personnage d’avoir un alibi pour la mort d’un garde de prison et l’enlèvement d’Abel Gideon. Ce n’est pas la première fois que Hannibal et Alana passent du bon temps ensemble au lit. En effet, il y avait déjà eu « Sorbet » dans la première saison de la série. Ce n’était pas nécessairement ce que j’avais préféré dans cet épisode mais ici c’est une véritable justification.

Je me demande si l’une des choses les plus fascinantes dans cet épisode ce n’est pas le fait que tout le monde parle d’Hannibal comme du tueur que tout le monde cherche mais il n’y a aucun moyen de le prouver. Jack est quelqu’un de perspicace à côté et c’est forcément grâce à lui que tout va s’enchaîner par la suite et nous conduire à l’épilogue de la saison que l’on a déjà vu en guise de prologue du premier épisode. Cet épisode joue avec les personnages, notamment Hannibal et Will. La scène qu’ils partagent tente de prouver à quel point tout ce que Hannibal peut faire c’est de la faute pire et simple de Will. Mais tout cela nous ramène aussi à Abel Gideon. Eddie Izzard est toujours aussi jouissif dans ce rôle là, son face à face à table avec Hannibal était même assez succulent en son genre. La série sait très bien s’y prendre pour jouer avec les personnages, leur place dans la série mais aussi pour nous laisser nous demander ce dont elle est encore capable. J’ai beau connaître globalement les grandes lignes de l’histoire puisque j’ai vu Dragon Rouge, je trouve qu’il y a encore tellement de choses à faire. Notamment dans la relation entre Will et Hannibal.
vlcsnap-2014-04-13-12h30m04s184.jpgCette relation est étrange mais je pense sincèrement qu’elle a encore un bel avenir devant elle. Il y a dans cet épisode un rythme assez étrange. On a l’impression que la série prend son temps et c’est une très bonne chose, notamment avec la manière dont Will tente de convaincre tout le monde que ce n’est pas lieu le tueur mais bel et bien Hannibal. Il y a encore du temps avant d’aller au bout de cette aventure mais je dois avouer que j’aime beaucoup aussi le fait que la série nous plonge dans un univers tendu. On n’a jamais le temps de respirer durant un épisode de cette série ce qui rend le spectacle encore plus jouissif. La petite scène de cuisine de la semaine (du bon Beef Roulade) était excellente. L’une des meilleures de la saison (en plus de ces petits canapés qu’il nous fait au début de l’épisode). « Futamono » est certainement l’un des meilleurs épisodes que j’ai pu voir de Hannibal et qui ne soit pas lié à une trame (comme les deux épisodes précédents, très liés l’un à l’autre). Celui ci évolue de façon indépendante. Les dialogues sont eux aussi très soignés et puis parfois un peu drôle (« If the Ripper is killing, you can bet Hannibal Lecter is having a dinner party. You and I probably sipped wine while swallowing the people who who we were trying to give justice, Jack. »).

Note : 9.5/10. En bref, encore du très bon.

Commenter cet article