Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Shameless US. Saison 3. Episode 8.

11 Mars 2013 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critiques Séries

shameless-us-When-Theres-a-Will.png

 

Shameless US // Saison 3. Episode 8. When There's a Will.


Cette  troisième saison de Shameless est clairement en passe de devenir la meilleure et surtout ma préférée. Il se passe tellement de choses à la fois drôles, touchantes et étranges que je ne peux qu'aimer. Surtout que les personnages sont tous plus ou moins très en forme et très portés sur le sexe (mais ça, cela ne changera jamais). Il n'y a que Frank qui ne semble plus prendre son pied au lit maintenant, peut être jusqu'au retour de sa Sheila adoré quand cette dernière aurait compris qu'il était fait pour elle (enfin, parlez d'un cadeau). Dans ce nouvel épisode Patrick Gallagher veut virer Fiona et les enfants de la maison de sa mère. En même temps, tante Ginger aurait pu le faire elle même. J'ai trouvé l'ensemble assez bien dans le sens où Patrick est un personnage qui n'est pas fait pour durer. En tout cas, je ne le vois pas comme ça. J'aimerais bien aussi que Shameless prenne le temps de développer un peu plus ces histoires de maison (même si elle va pouvoir la garder pour le moment). Au fond il ne peut pas virer Fiona et les enfants ce serait inhumain de sa part. Fiona n'avait rien demandé en plus de ça.

De son côté, Frank se trouve un nouvel endroit : les AA. Je ne sais pas vraiment où cela nous emmène mais pour le moment, et pour un épisode c'était assez bien fichu. Je trouve que Frank est un personnage emblématique de Shameless. Sans lui, la série n'aurait plus autant de sens finalement. Et quand l'on commence à taquiner ses problèmes (ici sa relation avec l'alcool), bien évidemment les choses ne peuvent être que succulentes. Les dialogues sont bons, parfois même cocasses (on connait l'humour de Frank qui a toujours la belle citation à la bouche). L'autre excellente idée de cet épisode c'est bien évidemment Kevin et V. Je trouve cette histoire tellement folle. En effet, pour vous remettre dans le bain, Kevin et V veulent un enfant et avaient demandé à la mère de V s'ils pouvaient louer son utérus. Sauf que pour qu'elle puisse porter leur enfant, elle allait devoir le concevoir... naturellement. L'épisode 6 était géant avec une multitude de séquences mémorables et une citation sur Jennifer Love Hewitt qui raisonne encore dans ma tête.
shameless-us-emily-rossum.pngMais dans cet épisode, la mère de V se rend compte qu'elle ne prend pas de plaisir à faire ça et que pour que le tout passe bien mieux, elle doit... jouir. Ce qu'elle va faire. C'est tellement étrange, et fou, que je n'arrive même pas à imaginer que ce genre de choses puisse arriver en vrai. Sérieusement, imaginez un peu si vous étiez V et que votre mari couchait avec votre mère pour avoir un enfant. Surtout quand l'on voit sa mère jouir comme une folle à côté. Le côté surréaliste de cette histoire la rend hilarante à souhait. Je ne pourrais pas me remettre non plus du regard de Fiona quand elle les surprend tous les trois en train de faire leur petite cuisine chinoise. De son côté, Lip se débarasse de Mandy et retrouve Karen, la terrible manipulatrice. Ce que j'aime ce personnage. Je suis certain qu'elle a encore de terribles choses à nous montrer et j'aime beaucoup cela. En espérant bien évidemment que les choses prennent une forme intéressantes par la suite et que Shameless ne joue pas la carte de la redite. Enfin, Jimmy obtient un job de serveur et va retrouver quelques vieux et riches amis. Bof. Shameless nous fait donc ici encore un bon épisode. Ce que j'aime cette dramédie familiale explosive.

Note : 8/10. En bref, encore du bon, de l'humour à gogo et du mémorable.

Commenter cet article

Cilou 15/03/2013 22:07


Bon épisode encore une fois. Karen est de retour et elle n'a pas changé. Le nouveau colocataire de Frank me plaît beaucoup, je pense que cela promet pour les épisodes à venir .


C'était sympa de retrouver Bret Sexton dans un rôle différent de The Killing.