Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : The Office. Saison 6. Partie 1. BILAN

8 Mai 2011 , Rédigé par Ca Déborde de Potins, by delromainzika Publié dans #Critiques Séries

Office-Painting-wallpaper-1280x960.jpg

 

The Office // Saison 6. Episodes 1 à 5 (Partie 1)
BILAN


Peu importe les épisodes, on trouve toujours son compte avec The Office. Elle offre tellement de personnages soyeux et d'intrigues drôles qu'on ne peut pas se lasser de cette série. Jamais. En tout cas, c'est comme ça que je le ressens. Ce début de saison 6 est à la hauteur de mes sentiments sur la série bien que en dessous de tout l'arc sur Michael Scott Paper Company. Disons que le double épisode du mariage de Jim et Pam permet accessoirement de relever le niveau de façon extravagante et totalement The Office-sque. Car oui, The Office est presque devenue un adjectif.

L'ouverture de la saison était généralissime. L'idée de ce truc de "parcours" bizarre m'a permis de rire tout au long et même après la séquence. C'était excellent et bien trouvé. Même si inspiré d'une vidéo de youtube et d'une mode par la même occasion, The Office arrive à donner une sorte de souffle nouveau et de lui donner sa propre interprétation. C'est la même chose que pour le mariage avec la reprise de entrance en musique et en danse qui a fait le tour de la planète vidéo Youtube justement. Je ne peux pas en vouloir à The Office puisque ce site est un puit à idées géniales et quand c'est fait avec autant d'intelligence, The Office réussie haut la main. Surtout qu'elle ne le fait pas souvent.
Office-PamJimWedding-wallpaper-1-1280x960.jpgL'introduction de "The Meeting" était excellente. Michael demande des conseils sur une coloscopie à… Oscar car il est gay. On sait que The Office a fait ça pour rire et la scène est hilarante. C'est un peu la même chose avec l'introduction de "Niagara", la première partie de l'épisode du mariage. Tout le monde se met à vomir, et même si c'est dégueulasse, ça reste dans la tête. Le premier épisode de la saison s'insère dans la logique des potins de bureau, ce qui se raconte comme ça. Michael va en faire son affaire et raconter des tonnes de rumeurs sur les autres en espérant qu'une sera crue vraie par les autres. C'était parfait. Steve Carrell s'amuse dans cette série, ça se voit. D'un côté c'est dommage qu'il quitte la série c'est là qu'on voit qu'il est dévoué à son personnage d'un façon que peu d'acteur le font.

Le second épisode va prendre en grippe Jim qui veut une promotion et va découvrir que cela peut avoir des mauvaises conséquences. Michael va à la fois le saboter et le promouvoir. C'est un peu le côté cinglé des scénaristes, de faire des paradoxes. En fait je crois que cette série se développe de façon intéressante. A chaque intrigue il y a son petit bout, son petit moment. C'est pourquoi Jim et Pam sont des personnages parfaits. Je les adorent. Ils offrent à chaque moment qu'ils nous livrent quelque chose d'unique et de beau à la fois.
Office-PamJimWedding-wallpaper-3-1280x960.jpgLe double épisode de mariage était génial. Entre l'hôtel, le repas, la soirée d'enterrement de vie de garçon (avec le mauvais coup d'Andy, Dwight qui se fait un peu ce qui bouge) ou encore le mariage en lui même (sous les chutes, mais aussi dans cette chapelle) était excellent. En tout cas, c'est le meilleur épisode de cette salve pour le moment. J'attends la suite avec impatience, surtout vu le cliffangher concernant Michael.

Au final, même si la saison 6 débute de façon sympathique, je ne peux m'empêcher de repenser aux débuts de la série, les saison 2 et 3. Malgré cela, la réjouissance de retrouver les personnages est toujours là et plus j'avance dans la série moins j'ai envie d'arriver     au fatidique départ de Michael qui me déchirera surement le coeur.

Note : 7/10 et 9/10 (pour l'épisode du mariage). En bref, du beau, du neuf, des personnages en forme et au sommet.

Commenter cet article

JEAN 09/05/2011 17:23



Ah la mariage , best episode of the season quoi , bah le départ de Michael je l'ai trouvé décevant , il est parti dans la discrétion.