Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Underemployed. Saison 1. BILAN.

13 Janvier 2013 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critiques Séries

vlcsnap-2012-10-28-21h10m57s150.png

 

Underemployed // Saison 1. 12 épisodes.
BILAN


L'an dernier, MTV tentait I Just Want My Pants Back, une première ébauche assez médiocre mais par moment très réussie de l'entrée dans l'âge adulte. MTV persiste donc et tente avec Underemployed de nous proposer une nouvelle série. Malheureusement elle n'aura pas connue le succès mais peu importe, durant ces douze épisodes, j'ai passé un excellent moment en la compagnie de ces divers personnages aux parcours atypiques. Je ne m'attendais pas vraiment à être aussi séduit par le casting de la série, mais aussi par ses histoires. Disons que j'avais peur de voir les mêmes choses encore et encore. Le thème d'entrée d'Underemployed est déjà éculé dans bon nombre de films indépendants américains, et je peux comprendre que New York peut rendre certaines personnes hermétiques dans le sens où beaucoup de séries parlant de réussite et d'entrée dans l'âge adulte s'y déroule. Mais pourquoi pas. Après tout, New York a toujours représenté cette forme de rêve américain. Peu importe, il y a plusieurs de cela maintenant je vous avais parlé du premier épisode de Underemployed, en des termes plutôt élogieux.

Je ne vais pas changer de discours une fois les douze épisodes engloutis. Je me suis mis à apprécier les personnages et leurs petites histoires, aussi cul cul la praline peuvent elles être parfois. J'ai notamment adoré Daphne. Mes ambitions dans le monde de la communication se rapprochant plutôt bien de ce à quoi j'aspire. D'ailleurs, Sarah Habel, pas forcément l'actrice la plus nuancée du casting, ne s'en sort pas trop mal. Si la première partie de la saison lui laissé la part belle (notamment quand il s'agissait de parler de sa relation avec son patron), j'ai trouvé d'autant plus amusant la suite, où l'on commence à voir la jeune femme prendre confiance en elle. Elle va enfin pouvoir se donner les moyens de sa réussite, tout cela en travaillant dur bien évidemment. J'avais pu découvrir la jeune fille il y a quelques temps de cela maintenant dans le très mauvais L'effet Papillon 3 (bien que meilleur que le second volet). Elle ne m'avait pas éblouie, mais je me suis souvenir de son minois lorsque j'avais lancé le premier épisode d'Underemployed.
vlcsnap-2012-10-28-21h22m41s22.pngLa série joue donc sur plusieurs tableaux avec ce personnage qui prend pas mal de place dans certains épisodes, avant d'être remisée au second plan dans d'autres afin de se concentrer sur des personnages qui ont d'autres choses à nous délivrer. Je pense bien évidemment à Sophia, la lesbienne de la bande. J'ai adoré sa petite aventure. Celle qui avait réussie a avoir les meilleurs notes de son université et qui se retrouvait alors à vendre des donuts. Mais Sophia est un personnage assez complexe finalement. Elle se sent déçu dans un premier temps de ne pas avoir réussie et puis commence à évoluer d'une façon que je n'aurais pas imaginé une fois le premier épisode englouti. Le potentiel de ce personnage se déguste donc petit à petit, au détour des expériences qu'elle va faire et des rencontres qu'elle va engager. Michelle Ang, que beaucoup de gens reconnaitront surtout pour son rôle de Tai-San dans la série La tribu, tente ici de nous offrir quelque chose de plus mature dans un esprit qui se cherche encore. Amusant et bien développé.

Car finalement, Sophia est un personnage qui se pose énormément de questions, un peu comme tous les autres c'est certain, mais je trouve que c'est elle qui s'en pose le plus. L'un des meilleurs moments reste surement celui où elle réussie enfin ce dont elle avait envie : publier son livre. Alors que deux épisodes auparavant son ordinateur était mort (alors ça aussi, j'ai ri, désolé pour Sophia). Miles voulait devenir model pour Calvin Klein dans le premier épisode et il va bien évidemment avoir du mal à le devenir. J'ai trouvé son parcours assez médiocre tout au long de la saison et pourtant j'aime bien ce personnage. Je le trouve très agréable. Diego Gonzalez Boneta, que j'avais découvert dans Pretty Little Liars ou encore 90210 s'en sort bien mieux dans cette série que dans les deux autres. Pourquoi ? Surement grâce à un scénario bien plus intéressant et surtout, qui s'intéresse réellement à son personnage. Le clin d'oeil final de la saison (il croise enfin Calvin Klein) était amusant même s'il n'aura malheureusement pas de suite.
vlcsnap-2012-11-24-02h12m26s245.pngLou n'a jamais fait ce qu'il voulait faire. Il se retrouve à travailler dans la société de son père et à la fin de la saison il se fait même volé sa place par une jeune blonde. Le pauvre. J'ai cependant trouvé son aventure assez intéressante dans le sens où cela arrive à quelques adolescents que d'être plongés dans le même monde que celui de leur père car ils ont des obligations familiales. Lou va tenter de bousculer les choses dans l'entreprise, tenter de convaincre son père qu'il est un bon élément (en apparence avec succès) et aussi imposer ses idées tout en ne voulant pas nécessairement de faveur. Rapidement les choses commencent à prendre pour lui, jusqu'au point de chute. En tout cas, j'ai trouvé ce personnage assez réaliste et ressemblait un peu à moi. C'est fou mais j'ai l'impression par moment que Underemployed est un miroir de moi même, que dans chacun des personnages il y a une partie de moi. Cela fait finalement presque peur. Mais Lou n'est pas le meilleur personnage malheureusement.

Et enfin Raviva qui est pour moi celle qui aura le moins évolué durant cette saison. Je ne me suis jamais identifié au personnage et je n'ai pas réussi à comprendre réellement ce que Underemployed voulait faire d'elle. Ses intrigues, couplées à celle des autres personnages parviennent cependant à devenir parfois efficaces mais Inbar Lavi, l'actrice incarnant ce personnage n'est clairement pas ce que j'ai pu voir dans mieux dans cette série. Au final, au termes de douze épisodes je peux dire que je suis tombé sous le charme d'une petite série qui ne s'est pas pris la tête et qui a voulu nous raconter les aventures de l'entrée dans la vie adulte. Les décors new-yorkais sont magiques car ils ne nous emmènent pas dans le New York touristique. J'ai toujours préféré voir ce New York underground dans les séries, le New York moderne ne somme, et un peu éloigné des dorures que l'on peut voir dans Gossip Girl par exemple.

Note : 7/10. En bref, une série séduisante qui petit à petit sera parvenue

Commenter cet article

sophie 13/09/2013 18:24


La série se passe à Chicago!

Clem 13/08/2013 14:22


Bonne article mais petite réctification : la série se passe à Chicago et non New-York.

K 14/01/2013 21:51


Tout à fait d'accord avec toi, cette série est un vrai moment de plaisir à chaque épisodes. Malheuresement une saison 2 à l'ai mal partie, des informations la dessus?