Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Suburgatory. Saison 1. Episode 13.

9 Février 2012 , Rédigé par Ca Déborde de Potins, by delromainzika Publié dans #Crit. Sér. : Suburgatory

janelevy_jpg_627x325_crop_upscale_q85.jpg

 

Suburgatory // Saison 1. Episode 13. Sex and the Suburbs.

 

Je trouve que cette sitcom est toujours aussi moyenne. Bon, il y a des moments très funs dans cet épisode comme par exemple Dallas qui se déchaine sur le dernier tube de Kelly Clarkson « Stronger » (c’est débile, ça fait jeune fille en fleur mais c’est efficace). Ce qui m’a plus avec cet épisode c’est que Suburgatory à l’air de devenir de plus en plus feuilletonnante. Je ne sais pas vous, mais c’est l’impression que j’ai. C’est un bon point car je n’ai jamais trouvé Suburgatory particulièrement hilarante à se rouler par terre et elle a plus l’acabit d’une dramédie de 30 minutes que l’on pourrait trouver sur Showtime.  L’épisode en lui-même revenait donc notamment sur la boîte de préservatif que George avait retrouvé dans la chambre de Tessa. Certes l’épisode devait faire suite au cliffangher de l’épisode précédent mais tout de même. Malgré cela l’épisode s’est transformé en épisode de St Valentin, comme promis. George se pose donc des questions : Tessa a-t-elle passé le cap, est-elle encore vierge (le coup du site pour savoir à quelle âge perdre sa virginité m’a beaucoup fait rire et après recherche sur Google, ça ne semble pas exister).

 

Pendant que George se pose des questions et qu’il est courtisé (les femmes de cette série sont vraiment toutes des débiles quand elles sont belles, Tessa et sa meilleure amie sont les plus rationnelles de toute même si Tessa va par moment ressembler à Dalia). Le plus intéressant qu’il y ai dans cet épisode c’est finalement le fait que Dallas va divorcer. Et va donc se retrouver seule, avec George ? Telle est la question. Et je me la pose. Mais c’est l’issue logique de toute façon. Mais bon, en gros Dallas ne fait pas grand chose dans cet épisode. Même si toute la partie avec Aaron était un grand moment où j’ai ri un peu. Mais le souci avec Suburgatory c’est que les blagues ne sont pas aussi efficaces qu’on voudrait bien nous le faire croire. J’aurais aimé qu’elles soient bien plus drôles. Mais bon, on ne peut pas tout avoir non plus alors je ne vais pas demander la lune. Si Suburgatory s’intéresse à Dallas, elle s’intéresse aussi à George et ses histoires. Notamment une histoire de Monopoly et autant dire que c’est là que j’ai senti que la série touchait le fond. Ce n’était qu’une idée pour jouer les transitions entre George et la petite phrase « Buy a hotel » que Dalia lance à Tessa et Scott alors entrain de s’aspirer l’œsophage.

suburgatory-88

Suburgatory s’intéresse donc aussi à la relation entre Tessa et Scott. Ce dernier quitte la série définitivement (en tout cas, je ne vous pas le personnage revenir) mais on aura passé un moment correct avec eux. J’en voulais plus, sûrement trop. Plus les épisodes passent plus Suburgatory me tape un peu sur le système. Le fait qu’elle devienne un tantinet plus feuilletonnante m’intéresse et me permet d’avancer et de me dire que l’on pourra retrouver cette fraicheur qui m’avait fait apprécier le pilote. Reste quelques points noirs comme George et Jocelyn. Même si le moment sur « Push It » était drôle sur le coup, quand on y repense c’était quand même bien gratiné dans le genre débilité. J’aurais aussi voulu que l’on parle un peu plus de l’histoire de la sexualité de Tessa. Il y avait tellement à dire et à faire avec cette histoire. Le fait est que Suburgatory est bien trop gentille et n’ose finalement rien. Elle laisse ses personnages paraître débiles alors qu’au fond, il y a tellement de choses à développer. Ce que j’attends de Suburgatory maintenant c’est que George et Dallas fassent enfin le premier pas histoire qu’ils tentent une relation et que Dalia et Tessa soient des sœurs ennemies. J’ai hâte (si c’est bien ça qui va se passer).

 

Note : 6/10. En bref, un épisode assez moyen mais avec quelques bons passages.

Commenter cet article